Le marronnier des licences illégales

19 juillet 2016. Chronique du blog : Le marronnier des licences illégales. « L’UNEf ne change pas. L’UNEF ne changera pas. Après son marronnier de juillet, il y aura celui du mois d’août, dénonçant l’insupportable progression du coût des études. Dossier de presse du 19 juillet 2016. Capacités d’accueil, sélection illégale : l’UNEF dénonce le parcours du combattant des bacheliers ».

Un an plus tard, 19 juillet 2017. Le marronnier des licences illégales est fidèle au rendez-vous. Dossier de presse : #SOS inscription : il est urgent d’ouvrir les portes de l’enseignement supérieur

EducPros y consacre un article. Sélection à l’entrée de l’université : l’UNEF recense 379 licences « illégales ». « La sélection en licence ? C’est déjà une réalité selon le syndicat UNEF qui chiffre à 379 le nombre de filières choisissant ses étudiants par dossier, entretien ou prérequis. Une pratique jugée « illégale » par l’organisation étudiante qui alerte sur son augmentation.

43, c’est le nombre de forma­tions supplé­men­taires qui pratiquent une sélec­tion illé­gale en 2017 par rapport à 2016. L’or­ga­ni­sa­tion a publié mercredi 19 juillet 2017 son enquête annuelle sur l’en­trée à l’uni­ver­sité. Elle n’y recense pas moins de 379 forma­tions sélec­tives à l’en­trée de la L1, dont 194 par le biais de prérequis [à noter : APB recense 2426 licences].

Les univer­si­tés fran­ci­liennes en tête. Comme l’an passé, la majo­rité des établis­se­ments qui ont recours à une sélec­tion dans certaines licences se situent en Île-de-France. Paris-Sorbonne occupe toujours le haut du clas­se­ment établi par l’organisation étudiante, avec 36 forma­tions, suivie de l’uni­ver­sité Paris-Est Créteil (22) et Paris-Dide­rot (19) ».

L’UNEF n’ose pas dire que l’université de Sophia-Antipolis, dont Frédérique Vidal était la présidente avant de devenir Ministre, limite la capacité d’accueil et organise une sélection à l’entrée de sept doubles licences. Et c’est heureux qu’il y ait sélection dans les parcours de formation difficiles.

Par ailleurs, l’UNEF commet une erreur de débutant dans son analyse statistique des liens entre filières sélectives et taux de réussite.

  • « Contrairement aux idées reçues, la hausse des barrières sélectives à l’entrée de l’université n’augmente pas la réussite étudiante. De nombreuses universités cumulent un nombre important de filières sélectives et pourtant un taux très bas de réussite. Ainsi si l’université Paris IV – Paris Sorbonne est l’université qui pratique le plus la sélection, elle n’est que 32ème en terme de taux de réussite ».

L’UNEF oublie (ou ne veut pas savoir) que les taux d’obtention de la licence en 3 ans ou 4 ans sont calculés sur l’ensemble des étudiants entrés en licence ; ceux-ci sont bien plus nombreux que ceux inscrits dans les doubles licences à effectifs limités ! Pour les doubles licences, il n’y pas de statistiques de réussite publiées par les universités ou par la DEPP (cf. Frédérique Vidal : faites ce que je dis et non)

Poster un commentaire

Classé dans C. Ile-de-France

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s