Paul Cézanne, 30 ans en 1869

Nouvelle chronique sur les trajectoires : elle / il a 30 ans en… Pour lire les précédentes, cliquer ici.

Paul Cézanne. Le chant de la terre. Exposition à la Fondation Pierre Gianadda (Martigny, Suisse), jusqu’au 19 novembre 2017.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Présentation. « Quelque cinquante paysages, une dizaine de natures mortes, une quinzaine de portraits et figures complétés par une dizaine de compositions emblématiques de Baigneurs et Baigneuses forment ce corpus. Une dizaine de toiles, dûment répertoriées, n’ont jamais été présentées à ce jour au public tandis que d’autres ne l’ont pas été depuis le début du siècle dernier »… « Paul Cézanne s’impose naturellement comme le mentor le plus emblématique de la génération des impressionnistes et figure, à son acmé, au premier rang des maîtres de la modernité » (Léonard Gianadda, membre de l’Institut, président de la Fondation).

Photos des peintures exposées (6 août 2017) : œuvres peintes entre 1860 et 1870 (54 photos), œuvres peintes après 1870 (43 photos).

Objets en cuivre et vase de fleurs (1860)

Paul Cézanne a eu 30 ans en 1869. Sa vocation de peintre a été très précoce mais a été contrariée par son père et par les refus successifs du Salon de peinture et de sculpture. Sa reconnaissance par les pairs et son succès auprès des galeries et des collectionneurs sont postérieurs à ses 30 ans. Nombreuses alors seront les œuvres dédiées à sa femme Hortense, aux natures mortes (les pommes), aux baigneuses et aux baigneurs, à la montagne Sainte-Victoire.

Biographie. Sources et citations : site de la Fondation, supplément à Le Nouvelliste du 14 juin 2017, catalogue de l’exposition, Paul Cézanne in Wikipédia.

1839. Naissance en janvier à Aix-en-Provence, fils de Louis-Auguste, chapelier, et d’Anne-Elisabeth Aubert.

1848 (Cézanne a 9 ans). Le 1er juin, son père ouvre la banque Cézanne et Cabassol, de son nom et de celui de son associé.

1850-1852 (11-13 ans). Cézanne fréquente l’école communale, puis l’école catholique de Saint-Joseph.

1852 (13 ans). Il entre en sixième au collège Bourbon. Très bon élève, il remporte de nombreux prix. Il se lie d’amitié avec Émile Zola, Jean-Baptiste Baille et Louis Marguery. Ils sont « les Inséparables« . Un jour, il défend dans la cour de récréation le jeune Zola. Le lendemain, pour le remercier de son action, celui-ci lui offre un panier de pommes. Les pommes sont un des motifs caractéristiques du peintre dans ses natures mortes pendant toute sa carrière.

1857 (18 ans). En parallèle à ses études, il s’inscrit à l’École gratuite de dessin à Aix, peint d’après le modèle vivant et les plâtres et sculptures conservés au musée.

1858 (19 ans). Il est reçu en novembre au baccalauréat avec la mention « assez bien ». En décembre, sous la pression paternelle, il suit les cours à la faculté de droit d’Aix.

1859 (20 ans). Il continue de suivre les cours de dessin à l’école de dessin d’Aix et reçoit le deuxième prix de peinture pour « une étude de la tête d’après le modèle vivant à l’huile et de grandeur naturelle ». Son père dont les affaires continuent de prospérer achète une propriété en dehors d’Aix, le Jas de Bouffan.

1860 (21 ans). Cézanne ne se réinscrit pas à la faculté de droit, désirant se rendre à Paris pour peindre et rejoindre son ami Émile Zola.

En février a lieu le tirage au sort des conscrits, au cours duquel Cézanne tire un mauvais numéro. En mai, une fois passé le conseil de révision, il est considéré comme apte au service. Son père lui trouve très facilement un remplaçant, ce qui lui permet d’éviter la conscription et d’obtenir, en juillet, le document le délivrant définitivement de tout service militaire.

1861 (22 ans). Il part s’installer à Paris, accompagné par son père, malgré l’avis défavorable de son professeur de dessin. Il travaille le matin à l’académie Charles Suisse, se lie avec de jeunes artistes et échoue au concours d’entrée de l’École des beaux-arts, « en raison d’un tempérament coloriste jugé excessif ». Il revient à Aix travailler dans la banque paternelle.

1862 (23 ans). Il retourne à Paris, assisté par le peintre Chautard, un Aixois, qui lui corrige ses études à l’académie Charles Suisse et alors qu’il est soutenu dans sa vocation par Zola. Il habite chez la mère de celui-ci. Il renoue avec l’École de dessin. Il est inscrit comme copiste au Louvre.

Le jeu de cache-cache d’après Lancret (1862 – 1864)

1863-1867 (24-28 ans). Il alterne les séjours entre Aix et Paris. Il peint à l’Estaque, sur le motif. Il réalise des toiles de grandes dimensions. Nombreux échecs au Salon. Il adopte sa « manière couillarde », qu’il conserve jusque vers 1870, où il fait référence au Siècle d’or espagnol et s’exprime au moyen d’une peinture au couteau, épaisse et sombre.

1864 (25 ans). Il copie Les Bergers d’Arcadie de Nicolas Poussin. Alors qu’il travaille à l’académie Charles Suisse, il y rencontre Camille Pissarro, Auguste Renoir, Claude Monet, Alfred Sisley.

1865 (26 ans). Un article de Marius Roux mentionne Cézanne comme un des bons élèves de l’école aixoise, admirateur de Ribera et Zurbaran.

1866 (27 ans). Le Portrait d’homme que Cézanne présente au Salon est refusé, bien que Daubigny l’ait défendu ; à cette occasion, il rencontre Manet.

Louis Cézanne, père de Paul (1866)

1868 (29 ans). A la fin de l’année, il est de nouveau à Paris et fait la connaissance d’Hortense Fiquet (1850-1922) qui devient sa compagne. Le jury du salon refuse ses envois. Il doute de son avenir.

Usines près du plateau du Sengle (1867-1869)

1870 (31 ans). En mars, il est à Paris et ses deux œuvres sont refusées au Salon. Il participe avec Fantin-Latour, Jongking, Manet, Pissaro, Renoir à une pétition demandant le rétablissement d’un Salon des Refusés. Aucune suite n’est donnée à cette démarche.

La neige fondue à l’Estaque. Les toits rouges (vers 1870)

La déclaration de guerre à la Prusse le pousse à quitter Paris pour l’Estaque avec Hortense. Il est dénoncé comme « réfractaire », la gendarmerie vient l’arrêter mais ne le trouve pas. Cézanne, seul, s’installe dans la bastide du Jas-de-Bouffan, résidence que son père a achetée en 1858…

1874 (35 ans). Les impressionnistes organisent la Première exposition des peintres impressionnistes dans l’atelier du photographe Nadar et le public réserve un accueil peu encourageant, voire scandalisé, aux toiles de Cézanne, qui en présente trois : une moderne Olympia (ci-dessous) qui appartient au docteur Gachet, La Maison du pendu qui est acheté par le comte Doria et Étude, paysage d’Auvers).

Une moderne Olympia (1874)

1906 (67 ans). A la suite d’un coup de froid, Cézanne meurt seul le 23 octobre à son domicile à Aix.

La Montagne Sainte-Victoire vue des Lauves (1902-1906)

Poster un commentaire

Classé dans B. Photos, C. PACA Corse, E. Droit et Sciences politiques, F. 19ème et 20ème siècles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s