Coût de rentrée : +1,86%, +2,09%

La FAGE est devenue cette année la 1ère organisation étudiante, représentée dans les instances nationales. Elle a pour la 1ère fois détrôné l’UNEF.

Les deux organisations demeurent fidèles au marronnier de la fin août : la FAGE publie son 12ème indicateur du coût de la rentrée, l’UNEF les résultats de sa 13ème enquête sur le coût de la vie étudiante. Attention : l’indicateur « coût de la rentrée » ne correspond pas à celui du « coût de la vie étudiante ».

A. FAGEIndicateur du coût de la rentrée 2017 : les étudiants touchés au portefeuille ! 28/08/2017.

« Depuis 2002, la FAGE calcule le coût que représente la rentrée pour un étudiant et force est de constater que chaque année la note s’alourdit. En 2017, il atteint le montant de 2403,64€ soit 1,86% d’augmentation par rapport à 2016 (dossier de presse).

Cliquer sur les images pour les agrandir

Si cette augmentation peut sembler faible, elle est malheureusement constante depuis des années et a un impact très concret sur le quotidien des étudiants. En 10 ans le coût de la rentrée a augmenté de plus de 10%. Si le coût de la vie augmente, les ressources elles, diminuent.

En effet alors que les étudiants souffrent d’une précarité toujours plus importante et que nos aides sociales ne sont pas assez justes, notamment pour les étudiants issus des classes moyennes, le gouvernement a décidé cet été de diminuer de 5 euros par mois les APL pour les 800 000 étudiants qui en bénéficient. Les coûts augmentent, les recettes diminuent, et les étudiants en payent le prix fort. Cette situation devient intenable pour les plus fragiles mais aussi pour les classes moyennes qui sont souvent oubliées par les pouvoirs publics.

Cette année encore, on observe une augmentation généralisée des loyers étudiants. Pourtant, l’accès à un logement autonome est indispensable pour l’émancipation d’un jeune mais est aussi un facteur de réussite, et, de fait, conditionne souvent l’accès à un emploi. En représentant près de 50% du budget mensuel étudiant, 510 euros en moyenne pour l’année 2017, le loyer est le premier frein d’accès au logement »... (Jimmy Losfeld, président)

B. UNEF. Enquête sur le coût de la vie étudiante (dossier de presse).

Conclusion. Chacune et chacun peut de visu constater que les marronniers ne se portent pas bien à la fin de l’été : la chenille goulue continue, comme chaque année, de « creuser des galeries dans les feuilles, jusqu’à provoquer leur nécrose, leur brunissement et leur chute précoce ».

La chenille goulue ne tue pas le marronnier. Mutera-t-elle un jour pour le faire, cette fois, périr ? Les deux organisations étudiantes, la FAGE et l’UNEF, ne devraient-elles pas unir leurs efforts pour s’attaquer ensemble et de front à la maladie qui agresse la vie étudiante : la précarité ? En ce début d’année universitaire, il me plaît de penser que les rêves peuvent devenir réalité.

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s