Lille élit ses conseils centraux

Refondation de l’université de Lille. Après près de 50 années de scission, les trois universités de la métropole lilloise fusionneront le 1er janvier 2018. Le décret de création est paru le 11 septembre 2017. Archives : toutes les chroniques et photos d’Histoires d’universités sur les universités lilloises avant la fusion.

Les élections des représentants des personnels et des étudiants aux trois conseils centraux auront lieu le 16 novembre 2017 : l’université donne des informations a minima et les réserve à ses membres, comme lors des élections de 2016 (lire la chronique : les taiseuses des Hauts-de-France).

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Pour chacun de trois conseils centraux, quatre listes de candidats se présentent aux suffrages des électeurs enseignants et chercheurs.

1.Listes Synergies 2018. Elles appuient la candidature de Jean-Christophe Camart à la présidence de l’université fusionnée. Celui-ci est actuellement président de l’université de Lille 1 Sciences et Technologies. Il a le soutien des deux autres présidents sortants (Lille 2 et Lille 3).

Le programme : Réussir l’Université de Lille ! Université de toutes les excellences, internationale, solidaire, responsable et attentive à tou-te-s (63 pages). La profession de foi : 35 engagements.

2. Listes Solidaires pour l’Université de la Réussite : pour une Université de Lille solidaire, ambitieuse, performante et responsable. Elles sont conduites par Olivier Colot, professeur des Universités.

Il est intéressant d’observer que la profession de foi commence par un développement sur l’Accompagnement des personnels.

« Tous les personnels doivent être accompagnés dans l’exercice de leurs missions, leurs conditions de travail et dans l’évolution de leur carrière. L’égalité femmes-hommes est un objectif important sur lequel nous portons une attention forte. C’est pourquoi, les actions visant à favoriser la place des femmes dans les filières où elles sont très minoritaires seront soutenues ».

Nos engagements :

  • Mise en place du conseil en évolution professionnel le (CEP) et du bilan de compétence pour chaque personnel. Proposer des formations aux personnels dans les disciplines existantes à l’Université, leur permettant de monter en qualification ou d’acquérir de nouvelles compétences. Ces formations doivent être certifiées, capitalisables et inscrites dans le cadre du parcours professionnel de chacun.
  • Les procédures de gestion des primes et des carrières doivent gagner en transparence, équité et impartialité. Un conseil de vigilance indépendant sera mis en place et jouera le rôle de médiation.
  • Faire une analyse fine de l’adéquation poste/missions et opérer des rattrapages par l’évolution du poste ou par des primes.
  • Veiller à la mise en place réelle d’un Service Commun d’Action Sociale (SCAS). Encourager et subventionner les associations de personnels.
  • Mettre en place des structures dédiées aux questions de harcèlement sexuel et moral.
  • Concernant la Recherche et la formation, notre engagement est d’accompagner l’exercice des missions et soutenir l’engagement et la prise de risques : accorder des décharges, mettre en place des services supports à la fois techniques et administratifs, avec suffisamment de moyens et de compétences pour le montage et la gestion des projets ».

3. Listes SNESUP-FSU. Profession de foi : Vigilance, exigence, transparence

« Ces trois principes seront ceux des candidat.e.s présenté.e.s par le SNESUP-FSU. Nos élu-e-s œuvreront pour que l’Université de Lille soit celle de toutes ses composantes, de tous ses usagers et de tous ses personnels ! Nous sommes l’université ! Nos candidats au Conseil d’administration, au Conseil académique et à ses deux commissions s’engagent sur les trois axes du projet suivant. Axe 1, Revitaliser la démocratie universitaire, c’est :

  • redonner tout leur rôle aux élus : la politique de l’Université doit être élaborée dans les conseils centraux et les conseils de composantes qui doivent pouvoir en contrôler la mise en œuvre, ce qui signifie que les moyens leur en soient donnés ;
  • saisir, préalablement aux délibérations des conseils centraux, les conseils de composantes sur tout projet concernant leur structure ou leur fonctionnement ;
  • donner à tous les personnels accès aux documents préparatoires des séances plénières des conseils ;
  • travailler en cohésion avec nos élus aux instances de représentation des personnels : comité technique, CHSCT, commission paritaire consultative des agents non titulaires (CCPANT), commission paritaire d’établissement (CPE).
  • Lire la suite : axes 2 et 3

« Le SNESUP ne soutiendra pas la candidature de Jean-Christophe Camart à la présidence. Bien au contraire. Cet été a eu lieu un acte majeur dans l’histoire de l’université de Lille 1, un coup de théâtre lors de l’élection du Doyen de la nouvelle Faculté des Sciences censée devenir l’emblème de la fusion engagée : c’est Christophe Vuylsteker, fervent opposant à la fusion, qui a été élu Doyen de cette nouvelle Faculté, le 13 juillet ».

« En cas de succès aux élections, Marie-Bénédicte Romond, tête de liste pour le Conseil d’administration, professeure en Bactériologie-Virologie à l’Université Lille 2 Droit et Santé, sera candidate à la présidence ».

4. Listes SGEN. Reconnaître l’engagement de tous les personnels

« Le 1er janvier 2018, l’Université de Lille se substituera aux trois universités lilloises. Loin d’être un aboutissement, cette date constituera le point de départ d’un processus difficile mais porteur d’une ambition forte.

C’est au nom de cette ambition que les sections Sgen-CFDT des universités lilloises ont soutenu la fusion. Par-delà les opérations de structuration qui ont été parfois difficiles et mal vécues, il est temps maintenant de donner un sens au projet de fusion et d’encourager les personnels à travailler ensemble.

Notre syndicat souhaite que la création de l’UDL marque le début d’une politique régionale de développement de l’ESR à la hauteur des ambitions et des besoins du territoire. Le Sgen-CFDT considère que nos étudiants, nos personnels et tous les autres acteurs de notre territoire doivent pouvoir bénéficier d’un service public de l’ESR d’excellence et d’exigence ».

Poster un commentaire

Classé dans C. Hauts-de-France (Nord Pas-de-Calais Picardie)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s