Accès à la L1 : la sélection est là

Le projet de loi Orientation et réussite des étudiants organise, sans le dire explicitement, la sélection à l’entrée de l’enseignement supérieur. On attendait le fin du tirage au sort (et de la procédure Admission post-bac) et, au final, on a une vraie procédure de sélection (et un frère jumeau d’APB encore plus « usine à gaz » : Parcoursup ; mon ami Yann Bisiou l’a tout de suite dénommé avec humour : PasSup, PasSûr. La sélection, c’est une surprise, une bonne surprise !

  • sélection existant déjà pour l’accès aux Sections de techniciens supérieurs, aux Instituts universitaires de technologie, aux classes préparatoires aux grandes écoles
  • sélection dans les licences à capacités d’accueil limitées (médecine, STAPS, Psychologie, Droit voire Économie…)
  • mais également sélection dans toutes les autres licences.

C’est le paradoxe de ce projet de loi : les mots « sélection et/ou prérequis » n’y figurent pas. Les termes utilisés sont désormais « caractéristiques de la formation », « attendus de la formation ». Chroniques précédentes sur cette réforme.

Avant de procéder à la démonstration de l’instauration de fait de la sélection par le projet de loi, je me dois de rappeler la position que je défends sur ce blog depuis 9 ans (le combat du blog : 20 propositions de réforme).

A. Tous les bacheliers ont droit à s’inscrire dans l’enseignent supérieur, mais pas forcément en formation initiale. Ce peut donc être en cours de carrière, dans le cadre de la formation tout au long de la vie. Cette distinction formation initiale – formation continue suppose bien évidement une sélection à l’entrée de la licence en formation initiale.

B. Il faut procéder à une réforme d’ensemble du 1er cycle (dispersé actuellement dans les classes supérieures des lycées, dans les universités, mais aussi ailleurs) par la création d’Instituts d’enseignement supérieur dédiés au 1er cycle. Cette autonomisation du 1er cycle dans des établissements nouveaux permettrait parallèlement la création de quinze à vingt université de recherche (dédiées aux masters, aux doctorats et aux post-doctorats).

C. Dans le cadre de cette réforme d’ensemble, je suis partisan de la sélection à l’entrée du premier cycle et à l’entrée du master 1ère année. Personne par exemple n’a jamais contesté l’existence d’un numerus clausus en deuxième année des sciences de la Santé. Le concours de fin de 1ère année sélectionne les étudiants qui ont les meilleures notes, jusqu’à atteindre le nombre déterminé préalablement par le numerus clausus. S’y ajoute une capacité d’accueil pour l’accès à la première année (celle de la PACES). Ce double niveau de sélection est coûteux pour la Nation (financement de la scolarité majoritairement par l’impôt), stressant (voire plus) pour les étudiants de première année car le taux de passage en 2ème année, sans redoublement, n’atteint que que 11,5% des inscrits (33,6% des inscrits après une année de redoublement de la 1ère année).

Source. Cliquer sur l’image pour l’agrandir

D. Si personne n’a jamais contesté la sélection et le numerus clausus dans les sciences de la Santé, c’est parce que les professions de santé et les Ordres qui les représentent sont attentifs à la régulation de la démographie : professions en activité (stock) et maintien ou légère progression du stock par la maitrise des flux d’entrée (nombre de diplômés par spécialités). Il ne faut ni pléthore de diplômés, ni pénurie. Le but est de maintenir ou de faire progresser le niveau de vie et de prestige des professions de santé, les conditions d’exercice de leurs activités. Bref, la sélection (capacité d’accueil et numerus clausus) est orientée « marché du travail ».

Pourquoi cette perspective ne serait-elle pas la même pour les autres filières de formation qui sont en tension et qui sont autorisées à définir des capacité d’accueil : les diplômés de psychologie, de droit, d’économie, de STAPS ne méritent-ils pas, comme les étudiants en santé, un marché du travail qui serait préservé d’une pléthore de diplômés ?

E. Marché du travail ? Le projet de loi, dans l’exposé de ses motifs, ne pratique que des incantations générales : il « traduit la volonté du Gouvernement de poursuivre et d’accélérer l’élévation générale du niveau de qualification de notre jeunesse. Cela passe nécessairement par l’augmentation du nombre d’étudiants accueillis dans l’enseignement supérieur. Le Gouvernement entend également agir pour que les étudiants rencontrent le succès dans leurs études et que celles-ci débouchent sur une insertion professionnelle rapide et de qualité ». Les débouchés, l’insertion professionnelle réussie ne sont pas une seule fois mentionnés par les articles modifiés du Code de l’éducation.

Si les débouchés des diplômés du supérieur, leur insertion professionnelle réussie figurent parmi les objectifs de ce gouvernement, alors c’est l’ensemble des filières de l’enseignement supérieur qui doivent être autorisées à mettre en œuvre des capacités d’accueil et à instaurer les procédures de sélection qui y sont normalement associées. Ce projet de loi accorde de fait, à toutes les filières de formation du supérieur, le droit de sélectionner (la démonstration en sera fournie dans une des prochaines chroniques), mais elle n’accorde qu’à certaines un droit de numerus clausus. Paradoxale est cette loi.

F. Un dernier argument en faveur de la sélection : si le droit à numerus clausus et le droit corollaire de sélection étaient accordés à toutes les formations du supérieur, la procédure d’admission en serait énormément simplifiée et du coup nettement moins dispendieuse pour les finances publiques (quand on en prend en compte tous les coûts complets).

2 Commentaires

Classé dans E. Médecine Pharmacie, Non classé

2 réponses à “Accès à la L1 : la sélection est là

  1. Marianne

    Oui bien sûr qu’il s’agit d’une sélection déguisée
    Mais c’est une bonne nouvelle non?
    Qui de raisonnable peut penser qu’on n’a pas besoin de prérequis pour faire des maths de l’anglais….Et qu’il vaut mieux tirer au sort plutôt que de sélectionner en STAPS

  2. Pingback: Revue de presse 29/11/2017 – Alternative

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.