Année sabbatique : une par 200 ans

Congés pour recherches ou conversions thématiques. Contingent annuel pour l’année 2018-2019, arrêté du 22-11-2017.

Article 1 – Le nombre de congés pour recherches ou conversions thématiques accordés, sur proposition des sections compétentes du Conseil national des universités, est fixé à 260 semestres pour l’année universitaire 2018-2019. Leur répartition par section est prévue par l’annexe au présent arrêté.

Commentaire. 260 semestres distribuées par les sections du Conseil national des universités ; le nombre était de 259 pour l’année 2017-2018 ! Supposons qu’il y ait autant de semestres distribués localement par les établissements, cela fait en tout 520 semestres par an.

Il y a 54 000 enseignants du supérieur susceptibles de demander un tel congé semestriel (tableau ci-dessous dans les RERS 2017). 54 000 : 520 = 103,84. Une année sabbatique égalant deux semestres, la probabilité d’en obtenir une dépasse les 200 ans.

Par comparaison, il existe des pays où l’année sabbatique est de droit après 7 années d’activité.

Les enseignants-chercheurs français sont maltraités (titre de ma chronique du 23 décembre 2016).

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

 

Commentaires fermés sur Année sabbatique : une par 200 ans

Classé dans Non classé

Les commentaires sont fermés.