Le cinéma de 1896 à 1930

Laboratoire d’Europe, Strasbourg 1880-1930  : le cinéma de 1896 à 1930. Album de 23 photos.

1. Le cinéma chez soi (source : notice du musée). « Le cinéma naît dans des lieux où règne une promiscuité vécue comme dangereuse : manèges-cinéma, bistrots, salles mal famées surnommées Flohkinnes (cinémas à poux).

Les strasbourgeois préfèrent pour leurs enfants Le cinéma chez soi. Ce divertissement s’inscrit dans la tradition des projections d’images lumineuses : celles de lanternes magiques, bien connues depuis le XIXème siècle. Les progrès techniques des années 1910 et 1920 achèvent de les rallier aux images animées, car le film devient ininflammable et accessible.

Cliquer sur l’images pour les agrandir

Les producteurs proposent en effet des centaines de titres, en particulier Pathé, leader mondial avec le format 9,5mm (1922), petit, simple, bon marché. On peut se distraire et se cultiver tranquillement à la maison. En 1923, Pathé propose la caméra Pathé-Baby 9,5, donnant le vrai coup d’envoi du cinéma mateur mondial.

Si ce grand succès n’est réservé qu’aux Strasbourgeois aisés, le reste de la population peut découvrir des films éducatifs à l’école.

2. Des strasbourgeois inscrits dans l’Histoire du cinéma (sources des citations : cf. note finale)

Georges Brückmann (1846-1902), première projection cinématographique d’Alsace au Variétés-Théâtre, le 15 juin 1896.

Edmond-Charles Levy (1858-1929), édite de la presse sur le cinéma et dirige la salle les Arcades (après la 1ère guerre mondiale).

Albert Kahn (1860-1940), banquier, fondateur des Archives de la Planète (1909-1929), fondateur à Strasbourg en 1929 du premier centre de médecine préventive universitaire français.

Charles Hann (1864-1941), « producteur, réalisateur et exploitant grand pionnier du cinéma en Alsace. Il fut à la fois chef d’entreprise, réalisateur, et grand avocat du cinéma. Fondateur du Cinéma Rural d’Alsace et de Lorraine, il travailla avec Pathé à la diffusion du cinéma dans les villages. Comme réalisateur, il fut l’auteur de films régionalistes et d’autres exaltant la France et la paix. Hélas la plus grande partie de son œuvre a été saisie par les nazis en 1940, et n’a pas encore été retrouvée ».

Valentin Lapp (1879-1923) et ses manèges-cinéma lors des fêtes foraines.

Après 1928, cinéma dans une salle dédiée de l’Aubette (chronique sur l’Aubette 1928).

Note finale. Sources des citations.

Poster un commentaire

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), D. Allemagne, E. Arts Lettres Langues, F. 19ème et 20ème siècles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.