Une capitulation sans combat ?

En début d’après-midi, je publiais la chronique : premiers toussotements contre la loi Orientation et Réussite des Étudiants. Je posais la question de la prochaine étape : celle de l’action directe ? de la menace d’un boycottage du traitement des dossiers des étudiants de terminale qui formuleront un ou plusieurs vœux (sur 10 possibles) d’entrer à l’université ?

Il est en effet des mesures de la loi dont il faut empêcher à tout prix la mise en œuvre, par exemple l’individualisation des parcours de formation (chronique du 14 novembre 2017 : irréaliste personnalisation des parcours de formation).

Me suis-je trompé ? A peine apparus, les toussotements vont-ils cesser ? Est-ce déjà l’heure de la capitulation ? Pire : d’une capitulation sans combat ?

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne : deux communiqués de ce 12 janvier 2018 illustrent cette triste situation. Communiqué 1 : un communiqué de combat de l’intersyndicale. Communiqué 2 : un communiqué du président Haddad refusant d’engager le combat contre les aspects insupportables de la loi ORE.

1.Communiqué intersyndical UNEF, collectif des doctorant.e.s  mobilisé.e.s de Paris 1, CGT FERC sup,  Fédé, solidaires étudiant.e.s, SUD-Education, SNESUP-FSU, SNASUB-FSU : NON au déni de démocratie à l’université Paris 1 ! 12 janvier 2018.

« Le 9 janvier 2018 la CFVU de Paris 1 a voté la motion suivante : « L’université Paris 1 refuse de faire remonter les critères et les attendus à ce jour avec 22 voix pour, 1 abstention et 10 contre ainsi qu’une motion expliquant le vote avec 21 voix pour, 1 abstention et 2 voix contre ».

Lors de la réunion d’information sur le Plan Étudiants du lundi 8 janvier 2018, le président de l’université, Mr Haddad a conclu avec cette phrase « Si l’université rejette les attendus et les critères, je ne les proposerai pas”. Or, en ce jeudi 11 janvier 2018, nous avons reçu une convocation pour la tenue d’une CFVU exceptionnelle le 18 janvier à 10h00 avec pour seul ordre du jour : « Attendus et critères en licence”. Pourtant rien ne presse, le ministère ayant donné aux universités jusqu’au 6 mars pour faire remonter les attendus et critères. Ce passage en force est un mépris à la communauté universitaire. Il va à l’encontre du vote démocratique de la CFVU et des principes de bonne gouvernance. De plus, c’est la troisième fois que la présidence convoque un conseil lors de la période d’examens. Dix élu.e.s de la CFVU ne peuvent être présent.e.s pour cause de partiel.

Nous déplorons ce déni de démocratie scandaleux et agirons pour que soient respectées les instances démocratiques élues de notre université« .

2. Communiqué de la présidence, 12  janvier 2018 à 14:32.

  • En résumé : le président Haddad ne veut pas aller au conflit frontal avec le Ministère. Il capitule, en faisant semblant de ménager la chèvre et le chou : « nous avons le souci d’assurer une rentrée la plus sereine possible aux étudiants, aux enseignants et aux personnels BIATSS chargés de mettre en œuvre cette réforme ».

« Mesdames, Messieurs, Information concernant la mise en œuvre du Plan Étudiants

Une délégation de la présidence de l’université a rencontré la Direction générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle (DGSIP), jeudi 11 janvier. Le Président, accompagné de plusieurs vice-présidents et de la directrice générale des services, a rappelé que sans moyens, il serait très difficile de mettre en œuvre la réforme voulue par le ministère. Ce dernier a toutefois confirmé qu’un plan quinquennal de financement a été prévu et que les enveloppes sont en cours de déploiement pour 2018.

Le Président Georges Haddad a exprimé devant les représentants du ministère les inquiétudes de la communauté universitaires,  condamné le caractère précipité de la réforme et regretté le flou de certaines dispositions ainsi que le fait de devoir mettre en œuvre une loi non encore votée. La question des moyens a été fortement discutée. La prise de position de la CFVU a été officiellement présentée.

Les négociations se poursuivent auprès du rectorat et du ministère.

Le calendrier du ministère impose que les offres de formation soient publiées le 17 janvier pour permettre aux lycéens d’en prendre connaissance à partir du 22, date d’ouverture de la plateforme Parcoursup. Dans l’intérêt des lycéens et de la communauté universitaire, Paris 1 Panthéon-Sorbonne souhaite que son offre de formation soit en ligne le 22 janvier sur Parcoursup, dans le respect la décision de la CFVU, le 9 janvier, instance responsable désignée par le ministère, de ne pas voter de critères et d’attendus d’établissement.

Dans un souci de respect des procédures démocratiques de l’université, une CFVU exceptionnelle est convoquée le 18 janvier au matin avant le CA prévu de longue date l’après-midi. L’objet de cette réunion est de débattre, avec les représentants de la CFVU et l’ensemble des directeurs de composantes, sur les derniers échanges avec le ministère et l’évolution du contexte universitaire. Aucun vote n’est prévu.

Dans cette période d’incertitudes, l’université reste guidée par ses valeurs fondamentales : le respect de la démocratie et de sa mission de service public, comme le souci d’assurer une rentrée la plus sereine possible aux étudiants, aux enseignants et aux personnels BIATSS chargés de mettre en œuvre cette réforme ».

Poster un commentaire

Classé dans C. Ile-de-France

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.