Loi ORE. Oui, il faut s’inquiéter !

Le Monde des 14 et 15 janvier 2018. Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Oui, il faut s’inquiéter de la réforme de la procédure d’admission des bacheliers dans l’enseignement supérieur.

Le gouvernement a eu certes raison de vouloir supprimer le tirage au sort dans les filières universitaires en tension et d’instaurer, tout en le niant, la sélection à l’entrée de la licence universitaire, comme dans les autres formations du 1er cycle de l’enseignement supérieur (CPGE, STS, IUT, Instituts de Travail Social, Formations paramédicales, 2ème année des études de santé).

Mais sa réforme – la loi ORE (Orientation et Réussite des Étudiants) non encore publiée – , réforme menée sans aucune stratégie globale, prend l’eau de toute part.

Tout est inquiétant dans cette loi :

  • la non hiérarchisation des vœux dans ParcourSup (10 vœux non hiérarchisés au lieu de 24 dans Admission post-bac, un 1er vœu étant indiqué)
  • la fiche Avenir qui devra être remplie par des enseignants de terminale de et validée par le proviseur
  • la fixation des capacités d’accueil dans les filières en tension (elle pourrait être augmentée de manière inconsidérée, comme en Alsace, pour « lisser » les problèmes qui ne manqueront pas de se poser).
  • les attendus pour accéder aux différentes filières de formation : il s’agit d’une loufoquerie sans précédent, totalement contradictoire avec la logique de la fiche Avenir, essentiellement basée sur les notes.
  • la spécification des attendus par les universités (les universités doivent les « remonter » cette semaine). Pression considérable est opérée sur les présidents pour qu’ils s’inclinent devant les injonctions du ministère, contre la volonté de leurs personnels et de leurs étudiants. La ministre Vidal finira par dire : « remontez n’importe quoi, le ministère fermera les yeux ».
  • le calendrier hyper serré pour traiter, dans chaque université, par itérations successives, jusqu’à 100.000 vœux d’élèves de terminale.
  • l’accompagnement des étudiants de 1ère année et l’impossible mise en œuvre de parcours personnalisés
  • l’absence totale de prise en compte du marché du travail, des débouchés dans la fixation des capacités d’accueil des formations en tension.
  • la totale incertitude quant aux moyens financiers pour la mise en œuvre de la réforme.

Que faire ? Le drame est qu’il est maintenant impossible de surseoir à la mise en œuvre de la nouvelle procédure d’admission. Elle sera en effet ouverte aux élèves de terminale, dès cette semaine.

Les ministres, les conseillers, les députés d’En marche, la CPU et les présidents d’université, la FAGE, les recteurs et rectrices d’académie : toutes et tous vont faire le gros dos, croiser les doigts pour que ça passe, diffuser sous le manteau le seul message qui soit encore d’actualité : « démerdez-vous ! La rentrée doit être assurée avec moins de casse qu’en 2017 »

Que faire ? Les enseignants, les personnels administratifs, les étudiants, leurs syndicats, leurs élus dans les conseils universitaires doivent crier sur les toits : la nouvelle procédure d’admission ne pourra que créer de fortes inégalités entre les bacheliers ; elle va renforcer les inégalités sociales ; l’enseignement supérieur privé sortira renforcé des erreurs (volontaires ?) de ce gouvernement.

Que faire ? Se donner deux ans (rentrée 2020) pour mettre en oeuvre une réforme d’ensemble (et non de la seule licence universitaire). Se référer à deux de mes chroniques

  • 31 octobre 2017. Réformer en même temps (1). Le combat du blog Histoires d’universités, depuis 2009, est celui de la création, en même temps, d’Instituts d’Enseignement Supérieur (IES) dédiés au 1er cycle et d’universités de recherche dédiées au master et au doctorat.
  • 24 novembre 2017. Réformer en même temps (2). Pourquoi la sélection à l’entrée du supérieur est-elle nécessaire ? Pourquoi est-elle la condition de la démocratisation de l’accès et de la réussite dans l’enseignement supérieur ?

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s