Diplômés du supérieur en Europe

Observatoire des territoires, Éducation et enseignement supérieur, approches territoriales, Fiche d’analyse 2017, 36 pages.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Introduction de la fiche d’analyse. « L’éducation des populations progresse de manière spectaculaire dans l’ensemble des pays européens. En France, ce sont désormais plus de 43 % des 30-34 ans qui détiennent un diplôme de l’enseignement supérieur, contre à peine plus de 27 % à l’aube des années 2000.

Malgré ce constat positif, de très fortes disparités demeurent encore entre les pays d’Europe. Alors qu’en Europe du Nord – au Royaume-Uni, en Irlande, au Danemark ou encore en Suède – près de la moitié des jeunes adultes sont titulaires d’un diplôme du supérieur, d’autres pays comme l’Italie ou la Roumanie comptent à peine plus de 25 % de diplômés du supérieur.

En France, cette progression a concerné les espaces les plus ruraux comme les plus urbains. Malgré cette progression globale, des différences locales permettent de dessiner une géographie de l’éducation et de l’enseignement supérieur. On observe ainsi une polarisation de l’enseignement supérieur dans les 22 métropoles françaises. Ces dernières rassemblent à elles seules plus des deux tiers (69 %) des étudiants pour 29 % de la population totale du pays, alimentant des mobilités étudiantes inter- et intrarégionales. Ces métropoles, tête de pont de l’enseignement supérieur, sont également caractérisées par des inégalités parfois fortes en matière d’accès à l’éducation : les élèves y sont plus souvent scolarisés dans le privé et la ségrégation scolaire y est plus importante qu’ailleurs.

Dans le même temps, les régions du nord de la France, du pourtour méditerranéen et les Dom, marqués par les plus faibles niveaux de revenus en France, apparaissent également comme celles où les difficultés d’apprentissage sont les plus importantes.

D’autres ensembles régionaux se distinguent au contraire par des résultats nettement plus positifs. C’est le cas de certaines académies de l’ouest de la France (académie de Rennes) ou encore d’Auvergne-Rhône-Alpes (académie de Grenoble), dont les résultats scolaires sont globalement bons et où les inégalités d’apprentissage entre les enfants issus de milieux modestes et de milieux favorisés sont par ailleurs contenues ».

4 Commentaires

Classé dans D. Allemagne, D. Italie

4 réponses à “Diplômés du supérieur en Europe

  1. Voilà une étude qui risque bien d’induire des conclusions totalement erronées. Rappelons-nous du Bourgeois Gentilhomme et des personnes de qualité !
    Dans les pays de tradition germanique l’université n’a en aucune façon la mission de former des professionnels mais seulement des gens de qualité ou si l’on veut des intellectuels… depuis 1815 à l’issue du congrès de Vienne l’Europe centrale a définitivement basculé dans cette tradition (y compris une bonne partie de l’Italie !)
    À partir du Portugal tous les pays appartiennent à cette tradition de la Mittle Europa…

    • Et quelles conclusions non erronées tirez-vous de cette étude qui ne concerne pas l’après congrès de Vienne mais la période contemporaine ?

      • Je voulais simplement attirer l’attention sur l’utilisation du critère « nombre de diplômés du supérieur ». Ce n’est pas nécessairement un bon critère pour juger d’un système éducatif, qu’il y a un facteur culturel à prendre en compte. Depuis la deuxième partie du XXe siècle on a donné à l’université une mission de professionnalisation dans les pays sous influence anglaise qui ne se retrouve pas dans les pays tradition germaniques.

  2. Solladie-Cavallo arlette (à la retraite : D. R. Emerite au CNRS)

    L’Université doit former des gens de qualité, de très haut niveau intellectuel et non des professionnels. Elle se doit de former les futurs ‘savants’, des chercheurs exceptionnels.
    Les Ecoles d’ingénieurs, elles, forment les professionnels
    Et le CNRS redevenir ce qu’il était : accorder des bourses aux sujets les plus performants (et s’abstenir de choisir les axes de recherche surtout ,comme actuellement, sur l’avancés des résultats et non sur les résultats des autres pays..