Universités des Provinces-Unies

Trois universités créées avant 1648 dans les futures Provinces-Unies (Leyde, Franeker, Utrecht). « Le traité de Münster (30 janvier 1648) officialise la scission des Pays-Bas espagnols en deux entités et octroie l’indépendance aux Provinces-Unies par rapport à leur souverain, le roi d’Espagne. Le traité fait partie de la paix de Westphalie qui mit fin à la guerre de Trente Ans et à la guerre de Quatre-Vingts Ans ». Dans la partie sud des Pays-Bas espagnols, appelés alors Pays-Bas bourguignons, une université avait été créée à Louvain (Brabant) en 1425.

L’idée de cette chronique m’est venue de la lecture de l’Histoire des Pays-Bas. Des origines à nos jours (Christophe de Voogd, 2003, Fayard, pages 121 à 127). Une seconde chronique sera consacrée aux séjours de René Descartes dans les universités et écoles illustres présentées ci-dessous.

Cliquer sur l’es images pour les agrandir

1575. Université de Leyde. Wikipédia : « Pour remercier les habitants de Leyde de leur résistance héroïque contre les Espagnols, le prince Guillaume d’Orange leur offrit une université. Elle fut la première université néerlandaise et ouvrit officiellement le 8 février 1575 : le dies natalis. L’Observatoire de Leyde, créé en 1633, est l’un des plus vieux observatoires universitaires du monde ».

1584. Université de Franeker. Wikipédia : « Deuxième plus ancienne université des Pays-Bas. Le stadhouder de Frise Guillaume-Louis de Nassau-Dillenbourg soutenait chaudement la fondation de cette université, qui fut décidée en 1584 et négociée le 10 juillet de la même année, le jour même de l’attaque de Guillaume d’Orange à Delft, par Rombertus van Uylenburgh, maire de Leeuwarden ».

« Également appelée Academiæ Franekerensis ou Université de la Frise, elle fut fondée principalement pour quatre raisons : il était moins cher d’y étudier qu’à Leyde, les parents pouvaient mieux surveiller le comportement de leurs enfants, l’argent dépensé par les étudiants restait dans la province, le développement de la population en profitait ».

1634-1636. Université d’Utrecht. Wikipédia : « En 1634, le conseil de la ville (stadsbestuur) fonde une École illustre. Dans le souci de pouvoir dispenser des diplômes, l’école illustre est élevée au rang d’université le 26 mars 1636, date de la fondation de l’université d’Utrecht. Néanmoins, les débuts de l’université sont modestes. En effet, elle ne comporte qu’une douzaine d’étudiants et sept professeurs répartis en quatre facultés : philosophie, théologie, droit et médecine. Le premier recteur est Bernardus Schotanus, professeur de droit et de mathématiques. Le discours inaugural est écrit sous l’influence notable de Gisbertus Voetius, professeur de théologie et de science orientale. Si la toute jeune université n’accueille que des hommes, elle accepte dès le début sa première étudiante, Anne Marie de Schurman (1607-1678) ».

Dès le XVIème siècle, d’autres établissements d’enseignement supérieur existent mais n’ont pas rang d’université : ce sont les Écoles illustres. Elles assurent une formation classique mais ne sont pas habilitées à délivrer de diplômes universitaires, notamment le doctorat. La plus réputée fut celle d’Amsterdam.

1632. Amsterdam, École illustre Athenaeum Illustre. « Cette école d’histoire et de philosophie instituée en 1632 dans l’ancienne chapelle Sainte-Agnès est considérée comme l’ancêtre de l’université d’Amsterdam. Des professeurs y donnaient des conférences publiques et pouvaient assurer des cours particuliers payants. En janvier de l’année, deux transfuges de l’éminente université de Leyde, Caspar Barlaeus et Gerardus Vossius, renvoyés pour leurs opinions arminiennes, y tiennent leur leçon inaugurale. Tout au long du XVIIe siècle, des cours de droit, de médecine et de théologie vinrent compléter le curriculum. Jusqu’au XIXe siècle, l’Athenæum n’est qu’un petit établissement, avec ses 250 étudiants et ses huit professeurs ».

Autres Écoles illustres, par ordre chronologique. Celles de Dordrecht (1579), Middelbourg (1592), Harderwijk (1600), Zutphen et Groningue (1614), Deventer (1630), Bois-le-Duc (1636), Breda (1646).

Quelques professeurs illustres. Juste Lipse (1547-1606), Joseph Juste Scaliger (1540-1609), Samuel Coster (1579-1665).

« Vers 1605,  Samuel Coster devait être membre de la chambre des rhétoriciens de l’Amsterdam d’Eglantier. On peut supposer qu’il a été aidé par des amis riches quand il s’est inscrit en 1607 à l’Université de Leiden. Il a commencé comme étudiant en littérature, mais il a reçu son doctorat en médecine en 1610. Il a été nommé médecin au Gasthuis à son retour à Amsterdam. Coster a joué un rôle de premier plan dans la vie littéraire d’Amsterdam pendant 10 ans, en particulier dans le théâtre ».

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, A. Histoire moderne, D. Espagne, D. Europe (autres), E. Mobilité internationale

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.