La sélection dans une L1 lorraine

Université de Lorraine, vendredi 13 Avril 2018. Objet : classement des dossiers d’entrée en L1. Destinataire du courriel : le responsable de la licence A (anonymisation des noms de la licence et de son responsable)

« Dans la mesure où vous avez refusé de classer les dossiers des lycéens souhaitant entrer en licence A, je vous serais reconnaissante de bien vouloir me notifier votre décision par écrit, et ce, afin que nous puissions justifier la mise en place d’une commission chargée de faire ce classement au niveau de l’établissement, puisque la loi nous impose de faire un tel classement.

Nous utiliserons pour cela un critère simple, à savoir la moyenne des notes aux épreuves anticipées du baccalauréat.

Vous remerciant par avance pour votre retour, et restant à votre disposition pour tout complément d’information »

Bien cordialement, Sabine Chaupain-Guillot, Vice-présidente Formation et Insertion Professionnelle, Vice-présidente du Conseil de la Formation, Université de Lorraine – Plateforme Libération

Pour aller plus loin : toutes les chroniques du blog sur l’université de Lorraine.

6 Commentaires

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

6 réponses à “La sélection dans une L1 lorraine

  1. étonné

    Perso je répondrais immédiatement :
    Vous me demandez de vous « notifier par écrit mon refus de classer les dossiers des lycéens… ».
    Je le ferai dès lors que vous m’aurez vous-même notifié par écrit la délibération, soit du CA de l’université, soit de la CFVU, accompagnée de ses justifications légales, justifiant d’à quel titre une telle mission a pu, à quelque moment que ce soit, m’être confiée par une autorité légitime.

  2. Nancéien

    Bon, l’université de lorraine ne sélectionne pas, mais sur la base des épreuves anticipées du bac. En fait, en fonction des notes à ces épreuves anticipées, l’étudiant lorrain ira en droit ou en arts, à Nancy, Metz ou Epinal.

    Critère très pertinent, quand on sait que pour un bachelier ES par exemple, outre le français, l’épreuve anticipée est une épreuve scientifique et que beaucoup de ES font ensuite du droit…
    Donc, le bac est nécessaire pour entrer à l’université de Lorraine, un 10 de moyenne suffit, mais pour le choix de la filière, il faut cartonner en fin de première…

    Et tout cela fera plaisir aux profs de terminale qui suent à donner des avis sur les capacités des futurs étudiants et aux parents qui paient des officines pour rédiger des lettres de motivation. Tout ceci ira au panier, la moyenne aux épreuves anticipées est le seul critère de départage entre les candidats.

    • Olivier

      Le problème de l’avis des profs de lycée est que si certains ont fait un excellent travail, environ 1/3 a mis la note maximale à tout le monde, ce qui non seulement sape le travail des enseignants sérieux et à terme remet en cause la prise en compte de cet élément.
      Compte tenu de la fraction importante d’enseignants qui refusent de remplir leur part du contrat, il ne reste qu’à prendre en compte les éléments les moins manipulables.

    • Decanus

      Je ne comprends pas bien cette critique : »Critère très pertinent, quand on sait que pour un bachelier ES par exemple, outre le français, l’épreuve anticipée est une épreuve scientifique et que beaucoup de ES font ensuite du droit… »
      Est-ce à dire qu’il n’est pas pertinent de vérifier les capacités scientifiques des candidats à des études de droit ?
      Pourtant, entre un problème de maths et un cas juridique quelle est la différence? Si ce n’est que dans les cas juridiques il y a souvent des aspirations, des situations, voire des souffrances humaines…

      • Nancéien

        Il ne s’agit pas de maths mais de SVT, physique et chimie.
        Par ailleurs, il y a d’excellents juristes qui sont de piètres mathématiciens (et l’inverse) et le critère de sélection n’est absolument pas pertinent. Ce critère n’est d’ailleurs pas choisi pour sa pertinence, mais pour sa facilité d’emploi.
        Il n’est d’ailleurs pas certain que les critères préconisés par la conférence des doyens des facultés de droit (sic : il n y a plus de doyens, ni de facultés
        depuis 1968) soient plus pertinents.
        Ce qu’il faudrait faire, c’est mettre en évidence les déterminants de la réussite (ou de l’échec) en première année à partir d’une étude statistique portant sur les dernières promotions d’étudiants. On serait peut être surpris des résultats.

    • Olivier

      Oui, l’essentiel de la sélection se fera sur la base des notes des épreuves anticipées et des moyennes de lycée. Ce n’est pas génial et c’est le problème propre à toute demi-réforme.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.