Nous, professionnels du désordre

Oui, il faut s’inquiéter de la loi ORE ! Strasbourg, 2, 3 et 4 mai 2018 : cinq échanges divergents sur les blocages.

Cliquer sur les images pour les agrandir

1.Nous, professionnels du désordre, texte publié par Des étudiant-e-s de Strasbourg, en lutte contre la sélection et son monde, reproduit par Pascal Maillard sur son blog de Mediapart, 2 mai 2018

« Le mot d’ordre est lancé, comme une grenade assourdissante pour étouffer la clameur des universités et le vacarme des rues. Ce mot qui rassure les familles et soude la patrie, c’est le ciment de cette dure réalité à laquelle on veut nous adapter pour tuer l’utopie. L’enfant-roi, du haut de son mépris, nous dénomme les professionnels du désordre. Peut-être n’est-il pas si loin de la vérité, pour une fois.

Mettre de l’ordre, c’est trier, classer, hiérarchiser. Départager les aptes des inaptes, les utiles des inutiles, les viables des invivables. « Même Darwin n’avait pas imaginé tant de sélection ! » Avec cette Loi pour l’Orientation et la Réussite des Étudiants, c’est notre propre misère qu’on veut nous vendre. Mais ne jouons pas sur les mots, soyons précis. L’orientation sera à sens unique, efficace et sans bifurcation. Il faudra filer droit si l’on ne veut pas qu’un salaire de misère nous file entre les doigts. La réussite sera sélective : il vaut mieux être né du bon côté pour s’en sortir. C’est ça, leur Liberté ! » Lire la suite…

2. Université : vers un Mai 18 ? par Pascal Maillard, secrétaire national du SNESUP-FSU

« Les enseignants-chercheurs sont de plus en plus nombreux à s’opposer à la réforme de l’accès à l’université. Plus de 200 départements ou UFR, parfois même des universités entières, ont déjà adopté des motions très explicites de refus de la réforme ou des décisions de classement de tous les candidats 1er ex-æquo, ce qui revient à enrayer la machine à sélection ». Lire la suite… 

3. Non, ce ne sont pas les étudiants qui ont empêché la tenue des examens ce jeudi à Strasbourg, mais la présidence ! communiqué sur les événements du jeudi 3 mai 2018 à l’université de Strasbourg, CNT-STP67, SNPREES-FO, SNESUP-FSU, Solidaires Étudiant.e.s Alsace, Sud Éducation Alsace.

« Ce jeudi matin, des étudiants disposant de cartes d’étudiants parfaitement valides ont été empêchés de composer au prétexte de leur participation supposée au mouvement de contestation contre la loi ORE.  Les étudiants ont tout d’abord voulu protester contre ces contrôles intempestifs qui avaient été opérés lundi dernier par des agents d’une société privée ayant manifestement reçu des ordres de la présidence de l’université et ils ont été violemment évacués ». Lire la suite…

4. Vifs échanges sur Twitter entre le blogueur Irnerius, Nicolas Matt, vice-président de l’Eurométropole de Strasbourg et enseignant à l’université, Matthieu Schneider, vice-président de l’Université de Strasbourg en charge du domaine Culture, Sciences en société. Tweets entre Nicolas Matt et Irnerius.

Tweets entre Mathieu Schneider et Irnerius. « Vous devriez relire les propos de Nicolas Matt : il dénonce ce qui maintenant s’apparente à du gangstérisme, c’est-à-dire la terreur illégale (et illégitime) exercée par un groupuscule ultra minoritaire contre le reste de l’université ».

5. Communiqué de la présidence de l’université, 4 mai 2018.

3 Commentaires

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), F. 19ème et 20ème siècles

3 réponses à “Nous, professionnels du désordre

  1. Olivier

    « Même Darwin n’avait pas imaginé tant de sélection ! »

    Il faut cesser d’être le relais de textes totalement indigents. La loi ORE n’instaure par réellement de sélection. Tout ce qu’elle instaure, c’est que là où les demandes sont supérieures aux capacités d’accueil (qui sont ne sont quasiment pas modifiables à la baisse et sont donc rarement une variable de décision), la sélection par la sectorisation, la hiérarchie des vœux et le tirage au sort cède la place à une sélection liée à quelques caractéristiques des individus.
    Les universités ne peuvent d’ailleurs pas vraiment sélectionner les individus eux-mêmes, simplement des critères (en pratique des moyennes pondérées de notes, de séries de bac et éventuellement d’appréciations), sachant que ces critères n’étant pas évalués de manière homogène, il est à peu près impossible de prédire qui va le plus bénéficier de ces règles (les quelques rares éléments prédictibles étant l’éviction des bacs pro et techno de certaines licences). En pratique, il est fort probable qu’un bon étudiant de banlieue ou de province ait maintenant plus de chances d’accéder à une université demandée de Paris intra muros.

  2. PB

    Michel Deneken était absent à la réunion du Conseil d’administration (en formation restreinte aux enseignants-chercheurs et assimilés) du 20 avril, qu’il avait lui-même convoquée… et il n’avait pas même laissé une procuration ! Mépris, lâcheté ou impéritie? Cette réunion, de ce fait, n’a pas pu se tenir. Il est plus facile d’envoyer les CRS déloger quelques dizaines d’étudiants que de débattre avec les administrateurs….

  3. PB

    Visiblement, la maîtrise de l’orthographe n’est pas une condition requise pour accéder à la vice-présidence de l’Eurométrople [sic] de Strasbourg ! Mais c’est sûrement un attendu…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.