Présider l’X. Même pas auditionné !

Suite de la chronique du 14 avril 2018 : Candidat pour présider le Conseil d’administration de l’X

Alexandre Moatti m’a fait part de sa candidature et m’a communiqué le texte de sa profession de foi (20 pages). Il est âgé de 58 ans, ancien élève de Polytechnique (X78), ingénieur en chef des Mines (1983), docteur en Histoire de Paris 1 Sorbonne (CV détaillé en pages 17 à 20). Au cœur de son projet pour Polytechnique : l’ingénieur scientifique.

Signe d’un mépris et d’une arrogance sans pareille du comité de sélection : Alexandre Moatti n’a même pas été auditionné ! On peut penser que c’est parce que son projet ne correspondait pas à la volonté politique du moment : « L’école polytechnique et le président de son conseil d’administration devront à ce titre être des acteurs majeurs du regroupement des grandes écoles du quartier de l’École polytechnique du campus Paris-Saclay, annoncé par le Président de la République le 25 octobre 2017 ». Alexandre Moatti voulait exactement le contraire : que l’école Polytechnique et l’université Paris XI Orsay soient dans un même regroupement.

C’était là, au contraire, une raison essentielle pour l’auditionner : entendre ses arguments d’opposant au projet gouvernemental pour Paris-Saclay et les discuter. Ne pas l’avoir entendu est insupportable et indigne !

Le Monde des Idées, 16 mai 2018, Alexandre Moatti cosigne une tribune avec 21 autres scientifiques de renom, Il faut privilégier la recherche dans les écoles d’ingénieurs.

« Ce collectif s’inquiète de voir les grandes écoles d’ingénieurs s’éloigner de l’université et enseigner l’entrepreneuriat et la gestion plutôt que la démarche scientifique »… « Il convient de relancer une coopération sereine, concrète et pacifiée entre systèmes historiques : universités et grandes écoles ».

Pour aller plus loin : toutes les chroniques du blog sur le/les regroupement(s) Paris-Saclay

3 Commentaires

Classé dans C. Ile-de-France, E. Ingénierie, E. Sciences

3 réponses à “Présider l’X. Même pas auditionné !

  1. Nancéien

    Logique d’entreprise : on ne va pas choisir comme PDG quelqu’un qui est contre la politique de développement choisie par les actionnaires.
    Mais la première chose à faire serait de supprimer le caractère militaire de cette école, qui n’a plus de sens aujourd’hui. Sauf qu’évidemment pour apprendre à marcher au pas, on n’a jamais fait mieux qu’une éducation par des militaires.

  2. Une précision, info que j’ai eue récemment : ce sont les deux cabinets de recrutement qui ont fait un tableau à double entrée ‘requirements’/’skills’ par candidat. C’est sur la base de ce tableau que je n’ai pas été auditionné. Quand l’État délègue ses décisions au privé. Misère. A.M.

    • Sbo

      Bonjour,
      Idem dans les grands groupes du privé (et souvent les moins grands groupes): « Mesdames, Messieurs, voyez, nous avons mobilisé les plus grands cabinets de conseil. Nous sommes de ce fait très bien accompagnés pendant nos prises de décisions stratégiques (en off : « si ça se casse la figure, on ne pourra pas nous en vouloir car nous avions sollicité et consulté les leaders du marché ou alors comme disait un ancien Président de la République « Si vous le répétez, je démentirai. » ). » cf intéressant à visionner, l’éminent Pr.Martinet « Management stratégique et gouvernance d’entreprise » https://www.youtube.com/watch?v=LByH1NL02FI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.