ESR : des dépenses à l’aveugle

La Cour des comptes, dans son rapport annuel de l’exécution budgétaire, ne recourt pas à la langue de bois :  observation « de difficultés à atteindre certaines cibles prioritaires : il n’existe pas de corrélation entre l’atteinte de ces cibles et le niveau des moyens alloués aux opérateurs » :

  • absence de « rémunération » des universités selon leur performance en termes d’insertion professionnelle.
  • la part des sortants sans diplôme de l’enseignement supérieur demeure élevée.
  • le taux de réussite en 1er cycle universitaire général ne connaît pas d’amélioration notable.
  • les dotations d’emploi aboutissent-elles à des créations d’emploi ? On ne sait pas.
  • aucun indicateur pour mesurer la performance des regroupements universitaires (fusions, COMUE).

La Cour des comptes estime nécessaire le suivi des regroupements universitaires : passage de deux COMUE aux responsabilités et compétences élargies (RCE), quatre fusions d’universités (« face aux surcoûts observés lors des fusions, le ministère ne dispose pas de cadre d’analyse ni de suivi spécifique des coûts »).

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.