Contractualisation des enseignants

Commentaire posté sur le blog en date du 4 juin. Jean Marie Merle, professeur des universités (linguistique et traduction) et traducteur, université Nice Sophia Antipolis.

Une impression : on se dirige à grande vitesse vers le recrutement d’enseignants-chercheurs sur contrats.

L’Agence Nationale de la Recherche (ANR) a été la première à habituer les enseignants-chercheurs à monter des « projets » pour décrocher de gros financements, souvent 10 à 100 fois plus élevés que leurs besoins réels. Ce qui avait pour avantage de priver de financement entre 9 et 99 autres projets de recherche. Une façon de détourner le financement des groupes de recherche, mais aussi d’habituer les EC à une concurrence déconnectée de leur domaine de recherche, et uniquement motivée par le vide de l’appel d’offre. Une conséquence s’est rapidement manifestée : l’habitude, dans les labos, de lorgner sur la dot des heureux lauréats pour leur faire les poches.

Parallèlement, le recrutement des docteurs a commencé à se faire de façon différée, et on voit maintenant couramment les post-docs courir de contrat en contrat, de contrat à temps partiel en stage. D’abord pendant un an, puis deux ou davantage. C’est le rude apprentissage de la concurrence pour survivre : le prix à payer à Bac + 8 est de faire une croix sur ses espoirs et surtout sur l’espoir de vivre sa vie.

La récompense lorsqu’on décroche un poste est à la hauteur :

  • on a appris à survivre puisqu’on a survécu ;
  • on est prêt à se battre en Stallone de la recherche ;
  • surtout, on ne fait plus la fine bouche lorsqu’un contrat se présente, même s’il est éphémère. L’évolution de l’espèce est relancée.

Après l’expérience nationale de l’ANR et l’endurcissement des nouvelles recrues potentielles, on en arrive à la systématisation locale via les IDEX. L’excellence de la docilité. Le grosse dotation de l’IDEX, toujours selon le principe du détournement, ne s’obtient pas sur concours, mais sur contrepartie : la contrepartie est toujours d’enfoncer un gros coin dans le système ; ici, on fait de la com’ là où on faisait de la recherche ; là on a décroché son IDEX parce qu’on a mis dans le package la privatisation des diplômes.

Et les Enseignants-Chercheurs sont partagés : certains poursuivent leur travail sans tremper dans le bassin aux requins, d’autres se jettent frénétiquement dans le bouillon pour arracher le morceau. Ces derniers poussent à l’évolution. On pourrait voir sous peu quelques rares titulaires entourés d’un bassin où tournent les contractuels : vous avez décroché 500 000, signez là pour 5 ans ; 50 000, on vous prend pour 6 mois. La tendance est là, sous nos yeux. Pour chaque euro de dotation, le même droit à contrat.

On imagine bien les slogans (on a du mal à les oublier : pour-chaque-euro-cotisé-le-même-droit, travailler-plus-pour-gagner-plus, freedom is slavery).

1 commentaire

Classé dans C. PACA Corse, E. Arts Lettres Langues

Une réponse à “Contractualisation des enseignants

  1. Misère

    Pas faux : il est probable qu’on va aller vers un fonctionnement à l’allemande, avec quelques rares postes en CDI (des postes de Pr au compte-goutte) et une énorme quantité de postes en CDD, là où les Allemands commencent à penser qu’il faudrait davantage de postes fixes dans leurs Universités. Ca donnerait des postes à contrats de 6 ans environ. On commence par bloquer (arf…) l’accès aux postes de MCF en les réduisant, ce qui est en cours depuis plusieurs années, et on recrute les nouveaux en CDD. M’enfin en Allemagne ou en Suisse, ils sont aussi nettement mieux payés : du CDD bien rémunéré, contre un CDI sous-payé ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.