Les 103 733 sans place

103 733 candidats à une 1ère année d’enseignement supérieur n’ont pas encore reçu de proposition ou sont en attente de place (cf. la statistique ci-dessous).

État des lieux de ParcourSup, 15 juillet 2018 (celles et ceux qui ont « raté » leur bac sont désormais exclus de la base).

  • 71 350 en attente d’une proposition
  • 14 006 ayant demandé à être accompagné par le recteur de leur académie
  • 18 377 n’ayant eu que des réponses négatives sur des formations sélectives

Cliquer sur l’image pour les agrandir

Ces candidats sans place ont-ils une chance d’en obtenir une d’ici fin juillet, fin août ? Personne ne le sait tant il y a d’incertitudes (chronique du 6 juillet). La conséquence : ces candidats sans place vont, très injustement, cumuler les peines.

1er type de peine : le sort des sans place n’est pas entre leurs mains. En effet, 155 100 candidats ont obtenu au moins une proposition d’admission mais ne l’ont pas encore adoptée définitivement. Une partie d’entre eux (combien ?) est entrée dans la procédure complémentaire (formulation de nouveaux vœux) et n’est plus concernée par les délais de réponse (deux jours jusque fin août), tant qu’ils reçoivent pas de propositions

2ème type de peine : le sort des 14 006 sans place qui ont demandé à être accompagnés par le recteur d’académie n’est pas entre leurs mains et doivent se faire du souci : les commissions qui doivent recherche des places peuvent difficilement se tenir en période de congés. Les rectorats vont bientôt fermer, sans qu’une permanence ne soit assurée (photo : le cas de l’académie de Strasbourg). Quant à l’aide à la mobilité géographique, il ne faut pas rêver.

3ème type de peine : celles et ceux qui vont finir par obtenir une place et l’accepter, ne sont pas sûrs du tout de trouver un logement en Cité universitaire (le cas de Strasbourg)

4ème type de peine : des vacances, des jobs d’été gâchés, impossibles à vivre sereinement. Penser toute la journée à une proposition de formation, qui pourrait arriver et y répondre favorablement ou non, est tout simplement horrible à vivre !

5ème type de peine : que feront celles et ceux qui seront encore sans place à la mi-septembre prochain ? Rechercher une place dans l’enseignement supérieur privé payant ? Prendre un emploi salarié en CDD ? Ne rien faire faute d’avoir l’énergie et la confiance pour trouver une solution, après un été massacrant ? Ou pire ?

Qui va assumer l’échec de ParcourSup ? Frédérique Vidal aura-t-elle la dignité de démissionner ? Elle n’en prend pas le chemin : elle sera persuadée jusqu’au bout de la réussite de ParcourSup.

2 Commentaires

Classé dans Non classé

2 réponses à “Les 103 733 sans place

  1. jacques haiech

    Bravo pierre
    Excellente analyse et le ministère, à chaque réunion du CNESE et du CSE, veut nous convaincre que Parcoursup est la panacée pour la réussite des étudiants.

  2. Decanus

    « 5ème type de peine: (…) Prendre un emploi salarié… »
    Mais c’est trop cruel… Quelle peine inhumaine!
    Que des bacheliers aillent bosser, non mais, allô, quoi…? C’est inouï!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.