Le Fort de Joux, 5 enceintes

Le Fort de Joux surplombe la cluse de Pontarlier ouvrant passage vers la Suisse. Il est un exemple d’architecture militaire, développée de façon continue du Moyen Âge au XIXe siècle.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Source et citations : Wikipédia. Diaporama de 30 photos.

« Dès l’antiquité, il existait un péage dans la cluse. Dans la guerre des Gaules, César mentionne une montagne haute défendue par cinquante hommes et qui permettait d’entrer dans le pays des Séquanes.

1039, à la mort de Conrad II le Salique et lors de la relève par Henri III du Saint-Empire, le château est désigné pour la première fois dans la Vita Mathildis sous le nom de Miroaltum. Le donjon et une première enceinte avec des tours carrées sont construits en pierre…

Entre 1393 et 1405, construction de la tour du fer à cheval alors appelée La rondelle, de la troisième enceinte et du fossé qui sont faits par les pontissaliens avec l’argent produit par les nouvelles foires de la saint Luc et de saint Georges permises par Jean sans peur, duc de Bourgogne, qui voulait en faire un poste frontière…

1678-1690. Vauban. Construction de la Porte d’honneur (motifs réalisés en calcaire de Vuillecin qui a la particularité de se sculpter comme du plâtre et de durcir ensuite). Les trophées d’arme représentent à gauche les chevau-légers dauphin (cavalerie légère) et à droite les piquiers suisses (infanterie).

Entre 1690 et 1693, Vauban fait construire la deuxième enceinte, la cour d’honneur et les casernements y attenant. Il fait creuser un grand puits de 147 mètres  de profondeur.

A la fin du règne de Louis XV, transformation du fort en prison d’État (aménagement de cellules solidement grillagées dans la première et la deuxième enceintes). Un des prisonniers les plus  célèbres : Toussaint-Louverture (chronique et photos à suivre)…

Après la guerre de 1870, décision de faire du fort un Système Séré de Rivières et c’est le jeune capitaine Joseph Joffre qui s’en charge dès 1879. Il fera bâtir la batterie de la Rochette, l’escalier à vis, la galerie menant au grand puits avec son magasin à poudre…

Joffre fait également construire des casernements dans le fossé de la cinquième enceinte.

Dans celle-ci,  laquelle il installe deux casemates Mougins avec des plaques de fonte recouvertes de terre engazonnée et qui contiennent des canons Bange de 155 mm (l’un a été reconstitué) ».

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, A. Histoire moderne, B. Photos, C. Bourgogne Franche-Comté, F. 19ème et 20ème siècles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.