Les BU et le nouveau jargon

48ème Congrès de l’Association des Directeurs de Bibliothèque Universitaire, Brest, 25-27 septembre 2018.

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Le programme dont celui de la Journée d’étude du mercredi 26 septembre : la bibliothèque universitaire, catalyseur des réussites.

Introduction du texte de présentation de la thématique. Mon commentaire : les directeurs/directrices de BU ne semblent pas résister, hélas, à la novlangue des néo-managers de l’enseignement supérieur (mots en gras ci-dessous), au jargon porté par les Communicants et les Community Managers.

« Lieux certes, mais pas seulement, les bibliothèques universitaires ont su, au cours des quinze dernières années, se renouveler avec agilité. Instruments de médiation des savoirs, elles œuvrent diversement à toutes les formes de réussite étudiante, agissant, aux côtés des autres acteurs du monde académique, comme un catalyseur de leur action.

Inclusives, elles constituent le premier point de ralliement de la communauté étudiante sur un campus, jouant ainsi un rôle déterminant dans son intégration à l’université, et la lutte contre le décrochage. Au-delà de leur public naturel, elles accueillent toute une diversité d’usagers, des lycéens, dont elles favorisent l’acculturation à l’enseignement supérieur, jusqu’au grand public, lorsqu’elles organisent des événements où science et société sont invitées à dialoguer.

Tiers-lieux (comme le Starbucks Coffee ?) entre la salle de cours et le domicile, les bibliothèques universitaires sont par ailleurs le creuset des apprentissages informels : ceux réalisés au travers des lectures, qu’elles soient savantes, d’information, de divertissement ; autoformation ; apprentissages par les pairs (social learning), que favorise désormais la mise à disposition d’espaces de travail collaboratif ; développement de soft skills de toutes sortes, grâce à l’appui de professionnels rodés aux différentes formes de médiation numérique.

Pluralistes, les bibliothèques universitaires sont enfin en charge de la formation aux compétences informationnelles, puissant antidote aux multiples dérives du Net, et participent à la maturation de citoyens éclairés, aux côtés des enseignants des universités.

L’impact des bibliothèques universitaires sur la réussite, dans la pluralité de ces dispositifs, est encore mal  reconnu, peu mesuré, largement impensé. Comment l’évaluer ? Comment le développer encore ?  Comment davantage intégrer les BU à la stratégie des établissements d’enseignement supérieur en matière de réussite(s) ? »…

1 commentaire

Classé dans Non classé

Une réponse à “Les BU et le nouveau jargon

  1. Levron

    Je viens de lire le programme de ces journées. J’aime beaucoup-vraiment beaucoup-la phrase « dispositif antipollution ajouté à la ligne d’échappement d’un moteur, la bibliothèque… » En d’autres termes: c’est un catalyseur. Faudrait-il que l’on inscrivît ce mot sur les façades de nos BU? Ne se rabaisseraient-elles pas au rang des voitures vendues en Suisse il y a trente ans, sur lesquelles on lisait « Katalysator » (VW, Opel et consorts)ou « Catalyseur » (là, c’était les Renault)? Plaisanterie mise à part, il n’y a pas que ce jargon; il y a les formulations hasardeuses des rédacteurs…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.