Oslo. Egil Spangen, physicien

Mon ami Egil Spangen, physicien norvégien, est décédé à Oslo. Mort d’un cancer dans sa 88ème année. Mort dans la sérénité, pouvant ainsi demander aux médecins de ne pas prolonger inutilement les soins.

Une cérémonie d’hommage aura lieu demain, dans l’affection de ses amis et des siens, de son épouse, Anne-Lise Hostmark-Tarrou, de leurs enfants et petits-enfants. Nous leur adressons, Cécile et moi, toutes nos amitiés.

Cliquer sur les images pour les agrandir

C’est en 1995 que je rencontre Egil pour la première fois. A Oslo. Son épouse, Anne-Lise, professeur en Sciences de l’éducation, participe en effet au projet Européen EVALUE (Évaluation et auto-évaluation des universités en Europe). A cette date, Egil est déjà en retraite. Je sens tout de suite que c’est un homme à la fois chaleureux et réservé (… sans doute parce qu’il pense ne pas parler assez bien le français !).

2017. Poussan (Hérault)

Bien sûr, à chaque rencontre, en Norvège ou en France, nous discutons de l’évolution politique, économique et universitaire de nos deux pays.

2005. Paris lors de notre mariage

2010. Pezenas

Deux temps dans la carrière universitaire d’Egil. Une première partie classique : docteur en sciences physiques, professeur à la Faculté des Sciences d’Oslo, il devient un jour responsable du département de physique (il s’intéresse d’ailleurs à l’Histoire de la Faculté des Sciences).

S’engage alors une autre carrière : celle d’un administrateur pour l’ensemble de la Faculté des Sciences, à temps plein et jusqu’à la retraite. Cette mobilité d’un statut à l’autre, d’une fonction à une autre est possible et non pénalisante en Norvège. En France, les enseignants-chercheurs qui, de fait, n’enseignent plus quand ils ont des responsabilités administratives importantes, cherchent à conserver un cumul de revenu jusqu’à la retraite. Le système de changement de statut est plus transparent en Norvège.

Parmi ses nouvelles fonctions, Egil devient « le » spécialiste des régimes de retraites de l’enseignement supérieur et de la recherche, régimes par répartition. Au fil de nos discussions, j’ai compris qu’il valait mieux être retraité en Norvège qu’en France. Et encore, c’était avant l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République !

En retraite, Egil ne coupe pas les ponts avec l’université d’Oslo ou, plutôt et dit autrement, l’université continue à mobiliser l’expertise de ses anciens (Egil est ainsi associé à plusieurs missions en Afrique, en Tunisie, au Mali). Elle les accueille dans ses murs, les protégeant de l’isolement qui menace avec les années de retraite qui s’accumulent. Plusieurs fois par mois, Egil prenait sa moto et partait à l’université y retrouver avec bonheur ses « copains ». Ils étaient toujours chez eux dans l’université.

2007. Oslo, Parc de Vigeland

Anne-Lise, Egil et la France. Ils y venaient plusieurs fois par an. Quand les enfants étaient petits, ils avaient acheté une maison à Poussan dans l’Hérault. Deux jours de voyage en voiture depuis Oslo. Une étape en Alsace à Sélestat, dans l’Hôtel aux murs peints en rose. Nous l’avons retrouvé avec eux. Émotions.

Egil avait de multiples passions, intellectuelles (il était un grand lecteur) et gastronomiques (les vins français, les fruits de mer). Il était d’une exceptionnelle générosité, ouvrait pour nous d’excellentes bouteilles, recommandées ou offertes par Christian.

Avec Egil aimait garder la mémoire des moments importants. La photographie : une passion commune.

2009. Reims

2013. Lanzarotte

2011. Devant le Palais universitaire de Strasbourg

La dernière photo, Poussan, août 2017. Anne-lise et Cécile sont parties « faire les boutiques » des artisans d’art à Pézenas. Egil et moi déjeunons en tête à tête dans la petite pizzeria du village. Il se prépare à me prendre en photo.

Egil, mon ami Egil, notre ami Egil, te voilà parti et, tu le sais, tu nous manques déjà. Nous viendrons à Oslo nous recueillir sur ta tombe.

Tu as vécu une vie que tu as aimée. Tu as été heureux et tu as toujours voulu faire plaisir aux autres. Tu as été professeur d’université et responsable administratif et tu es toujours resté modeste. Tu t’es accroché pour parler de mieux en mieux le français et j’ai découvert ainsi une autre de tes qualités : tu avais de l’humour, beaucoup d’humour. Un atout pour mener une vie d’honnête Homme.

Merci pour tout, mon ami Egil !

Poster un commentaire

Classé dans B. Photos, D. Europe (autres), E. Sciences

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.