UPEM : Gilles Roussel m’a tuer !

Gilles Roussel est président de l’université Paris Est Marne-la-Vallée (UPEM) et président de la Conférence des Présidents d’Université. Il souhaite faire un second mandat à la tête de la CPU : Gilles Roussel s’accroche. Il n’aura pas d’adversaire et dès lors il ne prend même pas de temps de communiquer sa profession de foi. Mépris pour les électeurs, présidents d’université ou directeurs de grande école. L’élection – le plébiscite – aura lieu le 16 décembre.

Gilles Roussel, c’est une première dans l’histoire des universités contemporaines, a décidé de saborder son université, de la faire disparaître dans un ensemble qui portera le nom d’Université Gustave Eiffel. Ensemble expérimental dans le cadre du projet d’ordonnance relative à l’expérimentation de nouvelles formes de rapprochement, de regroupement ou de fusion des établissements d’enseignement supérieur et de recherche (cf. ma chronique du 12 octobre 2018 : des rapprochements à la carte).

J’ai enseigné 9 ans dans cette université (1999 à 2008) : je n’imaginais que je recevrai, aujourd’hui et après dix ans de retraite, un tel coup de poignard dans le dos.

Ce sabordage est révélé par une dépêche de News Tank Higher Education de ce jour (article n°134396, cf l’image ci-dessous). L’UPEM, dans l’université Gustave Eiffel, perdra sa personnalité morale. Elle disparaîtra donc dans une université dominée par l’IFSTTAR et par les quatre Grandes écoles qui entreront dans cette fusion (celles-ci perdront-elles leur personnalité morale ? Le rapport de mission le proposera ou non).

Problèmes. C’est à la directrice générale de cet énorme Institut IFSTTAR – Hélène Jacquot-Guimbal – que François de Rugy a confié une mission sur la fusion (lettre de mission).

  • Anormal : une DG qui est juge et partie.
  • Anormal : un rapport de mission confié à quelqu’un qui n’a exercé qu’une carrière de Dirigeant administratif au moins depuis 2005 (impossible de trouver en ligne un CV détaillé)
  • Anormal : une Haut-dirigeante qui cumule les mandats dans les conseils d’administration, mais qui omet de mentionner qu’elle est administrateur de l’entreprise Ifp Énergies Nouvelles (le chiffre d’affaires de la société en 2017 s’élève à 39 560 000 €).

Il est probable qu’Hélène Jacquot-Guimbal, née en 1958, se voit déjà à la tête de l’université Gustave Eiffel, jusqu’à la retraite.

Et Gilles Roussel ? Il aura 52 ans en 2020. Il est probable qu’il se voit déjà parmi les Hauts-Dirigeants de l’I-SITE Future Inventer les villes de demain, un dirigeant mieux rémunéré qu’un professeur des universités.

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Poster un commentaire

Classé dans C. Ile-de-France, E. Ingénierie, E. Sciences, Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.