Frais d’inscription : la pagaille

Chronique dédiée aux réactions critiques contre les frais d’inscription pour les étudiants étrangers extra-communautaires (3 770 euros par an en master et en doctorat).

Suite des chroniques des 26 et 30 novembre 2018

Quelques données chiffrées sur le doctorat, publiées par L’état de l’enseignement et de la recherche en France. 41% des étudiants inscrits en doctorat sont étrangers. Parmi eux, quelle est la part des étudiants extra-communautaires ?

Cliquer sur les images pour les agrandir

Devant la montée des critiques, le directeur du cabinet de la Ministre Vidal a dû monter au créneau et apporter un certain nombre de précisions, dans un message aux présidents d’université. A la rentrée 2019, seuls les nouveaux étudiants étrangers extra-communautaires seront concernés par les frais d’inscription… Suit une longue liste d’étrangers non concernés.

Les universités pourront exonérer. Des différences deviendraient donc possibles d’une université à l’autre, entraînant une pagaille monstre.

Il revient donc à la CPU et à son président Gilles Roussel d’acter le premier recul du ministère et d’appeler à une exonération des frais d’inscription dans tous les établissements.

La Confédération des jeunes chercheurs, dans un communiqué du 25 novembre, affirme nettement son opposition à la hausse massive des droits d’inscription pour les extra-communautaires. Elle craint qu’elle ne soit un préalable à l’augmentation des droits pour tous les étudiants.

Lire la suite du communiqué…

La mobilisation contre la stratégie gouvernementale d’attractivité des étudiants internationaux progresse dans les universités.

Des étudiants strasbourgeois contre le projet Bienvenue en France (Rue 89 Strasbourg). Une centaine d’étudiants se sont rassemblés jeudi 29 novembre au Palais universitaire vers midi. Ils ont dénoncé la hausse des frais d’inscription pour les étudiants étrangers et prévoient des actions à mener pour manifester leur désaccord.

Conseil municipal de Metz du 29/11. Écouter l’intervention de Philippe Casin, professeur d’économie (elle se situe à 14’40 » du compte-rendu). Il critique les frais d’inscription différencies, voulus par Édouard Philippe, et en signale les effets néfastes pour la ville : diminution importante du nombre d’étudiants maghrébins et africains, oubli par la France des sacrifices faits par leurs ancêtres au cours des deux guerres mondiales, au moment même où Emmanuel Macron mène son itinérance mémorielle. Le maire de Metz, Dominique Gros, répond à Philippe Casin (à 1 heures 42) : d’accord avec vous

Universités : la hausse des droits d’inscription suscite des inquiétudes (Camille Stromboni, Le Monde, 1er décembre) : une dizaine d’établissements s’opposent à la mesure visant les étudiants étrangers extra-européens.

3 Commentaires

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Mobilité internationale

3 réponses à “Frais d’inscription : la pagaille

  1. Decanus

    Pourquoi des différences dans les droits d’inscription entraîneraient-elles une « pagaille monstre »? Ca existe pour les écoles, ça existe aussi pour les universités dans de nombreux pays en commençant par les Etats-Unis et c’est loin d’être la pagaille… Les candidats savent lire!

    • Nous vous invitons bien volontiers à écouter les étudiants étrangers parler de la mesure, tout comme à écouter nos réseaux internationaux.
      Les potentiels concernés n’en comprennent pas les détails, ceux qui pourraient l’être prochainement changent de plan en urgence.
      Le mot « pagaille » est tout à fait approprié.
      Nous n’avons pas fini de mesurer le mal qu’a fait cette annonce à notre attractivité, alors que rien n’est moins sûr que son application.
      On aurait voulu mettre la pagaille, ou affaiblir gratuitement l’attractivité de nos universités, qu’on ne s’y serait pas pris différemment.

      • Comme le gouvernement permet maintenant aux universités de ne pas appliquer cette hausse, je fais le pari que la majorité des universités ne va pas l’appliquer.
        Malheureusement, nos universités d’état, symbole d’un des droits humains les plus fondamentaux, le droit d’accès à l’éducation pour tous, sont avilies.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.