Requeste à un bon gouvernement

Une requeste pour le maintien dans un poste d’enseignant (1658). Lettre d’un autre temps. Le temps d’une déférence bienvenue et / ou exagérée ?

Requeste de Philemon Fabri, bourgeois de Paris, établi Maistre de la langue françoise en l’Académie, à Messeigneurs du Conseil des 21 de la très illustre République, ville libre et impériale de Strasbourg.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Philemon Fabri souhaite continuer son enseignement à Strasbourg, d’autant qu’il a le dessein de se marier bientôt. Sa requeste est exprimée à la 3ème personne du singulier.

  • « il désire suivant le bon plaisir de Messeigneurs et le contentement qu’il a de vivre sous un si doux, si sage et si équitable gouvernement, de continuer cette profession comme il a fait depuis plus de trois années…

La formule finale de politesse

  • « C’est une faveur qu’il demande avec humilité et révérence, dont l’octroy l’obligera à prier Dieu toute sa vie pour la prospérité spirituelle et temporelle de cet Estat, et le fera estre encore plus particulièrement Leur très humble et très obligé serviteur et obéissant Sujet ».

Commentaires fermés sur Requeste à un bon gouvernement

Classé dans AF. Histoire 16-17èmes siècles, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Arts Lettres Langues

Les commentaires sont fermés.