ParcourSec pire que ParcourSup

Réécouter Le téléphone sonne : Questions sur la mobilisation lycéenne. Parcours dans le secondaire : ParcourSec. Suite de la chronique 2021. Le bac à la Blanquer (dossier de presse).

Avec la réforme du bac, tant dans la voie générale que dans la voie technologique, les enseignements seront regroupés en spécialités. Les lycéens devront opter pour une combinaison de spécialités (cf tableau ci-dessous). En soi, ce choix qui leur sera laissé est une bonne idée.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Mais c’est une fausse bonne idée car tous les lycées (1 608 lycées généraux et technologiques publics et 1 046 LGT privés) n’auront pas les moyens humains, financiers et immobiliers pour organiser toutes les combinaisons de spécialités. Soit les lycéens devront alors être mobiles pour avoir la combinaison de spécialités qu’ils souhaitent, soit ils devront opter pour une autre combinaison. Les inégalités territoriales vont croître. Gageons que le nombre de spécialités enseignées sera maximal dans les métropoles et minimal dans les petites villes.

ParcourSec pire que ParcourSup. Les lycéens ont été stressés par ParcourSup. Ils le seront encore plus par ParcourSec, et ce à un âge encore plus jeune ! Ne pas avoir choisi une spécialité en 1ère empêchera-t-il certains parcours dans le SUP ?

Lire aussi : Nouveau lycée : le très complexe choix des enseignements de spécialité à l’entrée des classes de première et terminale générales. Bruno Magliolo, Linkedin, 15 décembre 2018

Réécouter Le téléphone sonne du vendredi 14 décembre 2018, Questions sur la mobilisation lycéenne. « Elle a commencé le 30 novembre, dénonce la réforme du lycée et du baccalauréat, celle de ParcourSup mais aussi le futur service national universel ».

Trois invités : les deux premiers sont en faveur de la réforme, le troisième y est farouchement opposé.

Jean-Marc Huart, directeur général de l’enseignement scolaire depuis août 2017, a le doigt sur la couture du pantalon : il est à fond pour la réforme Blanquer.

Nathalie Mons, présidente du Conseil national d’évaluation du système scolaire et professeure de sociologie à l’université de Cergy-Pontoise, n’a pas vraiment compris les enjeux de la réforme du bac. Puisque tous les lycées n’auront pas les moyens d’assurer toutes les combinaisons de trois spécialités en 1ère et de deux en terminale, elle imagine le développement de la mobilité entre établissements, accompagnée d’un développement de l’internat. Fin de l’enseignement de proximité en lycée ?

Louis Boyard, président de l’Union nationale des lycéens, a damé le pion aux deux inconditionnels de Blanquer. Il a une aisance étonnante sur les plateaux. Et surtout il a été convaincant dans ses argumentations.

  • sur Youtube
  • sur BFMTV
  • sur France Culture. « On est entrain de dire que la non-hiérarchisation des vœux a résolu tous les problèmes. Mais si ce n’est pas l’élève qui choisit sa faculté, qui est-ce qui le choisit ? C’est sa faculté ! Aujourd’hui ce n’est plus la faculté le produit, c’est l’élève. Les élèves sont devenus des produits marchands ».

Commentaires fermés sur ParcourSec pire que ParcourSup

Classé dans Non classé

Les commentaires sont fermés.