CPU. Bureau élu par 96% des voix

Communiqué de la Conférence des présidents d’université (20 décembre 2018) : Gilles Roussel, Christine Gangloff-Ziegler et Olivier Laboux à la tête de la CPU pour les deux ans à venir.

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Cette élection a atteint les sommets dans le déni de démocratie :

  • Gilles Roussel est réélu président sans avoir produit le moindre bilan, le moindre rapport d’activité
  • Une seule liste candidate
  • Pas de profession de foi ou de programme accessible en ligne (lire, en pleurant, le deuxième paragraphe du communiqué ci-dessus)
  • Pas de CV des trois candidats. Chroniques d’Histoires d’universités sur Gilles Roussel, Christine Gangloff-Ziegler, Olivier Laboux.
  • Pas de PV de l’élection : « seuls candidats en lice, ils ont recueilli 96% des voix ». Un score qui fait rire. Quel est le nombre total de présidents et de directeurs (124 ?). Combien de présents ? Combien de procurations ? combien de votes blancs ou nuls ? Et au final combien de suffrages exprimés en faveur de ce bureau ?

Jusqu’au début du XXIème siècle, la CPU était présidée par le ministre de tutelle. Au moins c’était clair : elle était la courroie de transmission de la politique ministérielle.

Comment la qualifier aujourd’hui ? C’est une association 1901 qui a un faible impact sur la politique d’enseignement supérieur et de recherche ; ce serait un gros mot de dire qu’elle réussit à être un lobby.

Elle est devenue une sorte de cercle d’anciens enseignants-chercheurs, reconvertis dans la gestion administrative et qui cherchent, pour un nombre certain d’entre eux, à demeurer le plus grand nombre d’années dans un type analogue de fonctions. Des présidents, des vice-présidents, des présidents de commission, des administrateurs sont attentifs aux chaises musicales qui vont se libérer ou qui pourraient être créées pour eux.

Hier, 20 décembre 2018 : journée noire pour la démocratie dans l’université. Il est temps pour moi d’hiberner et d’oublier la CPU.

1 commentaire

Classé dans Non classé

Une réponse à “CPU. Bureau élu par 96% des voix

  1. C. Danthony

    L’intéressant avec cette association loi 1901, c’est que les membres en sont les président.e.s d’établissements, alors que ce n’est pas eux qui payent l’importante « cotisation », mais leur établissement.
    D’autant plus étrange que dans l’immense majorité des cas, les président.e.s y expriment des positions personnelles qui n’ont pas été soumises à débat au CA de l’établissement…
    Quand j’en aurai fini avec la « cotisation » à l’Université de Lyon, j’y réfléchirai.