Veit Wagner, sculpteur sur bois

Veit Wagner (1420 – c. 1517), sculpteur allemand, actif à Strasbourg de 1495 à sa mort.

Église Saint-Pierre le Vieux, Scènes de la vie de St-Pierre, 1501, quatre panneaux gravés sur bois de tilleul. Album de 32 photos

Panneau 1. Saint Pierre coiffé de la tiare remet sa crosse épiscopale aux évêques Valère et Euchaire avec laquelle ils vont ressusciter l’évêque Materne (scène à droite).

Histoire de la résurrection de Saint-Materne

Panneau 2. L’église Saint-Pierre est consacrée par les Saints évêques Euchaire, Valère et Materne

Panneau 3. Pierre est emprisonné et délivré par un ange.

  • Acte des Apôtres chapitre 12. « Vers le même temps, le roi Hérode se mit à maltraiter quelques membres de l’Église, et il fit mourir par l’épée Jacques, frère de Jean. Voyant que cela était agréable aux Juifs, il fit encore arrêter Pierre. C’était pendant les jours des pains sans levain. Après l’avoir saisi et jeté en prison, il le mit sous la garde de quatre escouades de quatre soldats chacune, avec l’intention de le faire comparaître devant le peuple après la Pâque. Pierre donc était gardé dans la prison ; et l’Église ne cessait d’adresser pour lui des prières à Dieu. La nuit qui précéda le jour où Hérode allait le faire comparaître, Pierre, lié de deux chaînes, dormait entre deux soldats ; et des sentinelles devant la porte gardaient la prison. Et voici, un ange du Seigneur survint, et une lumière brilla dans la prison. L’ange réveilla Pierre, en le frappant au côté, et en disant : Lève-toi promptement ! Les chaînes tombèrent de ses mains. Et l’ange lui dit : Mets ta ceinture et tes sandales. Et il fit ainsi. L’ange lui dit encore : Enveloppe-toi de ton manteau, et suis-moi. Pierre sortit, et le suivit, ne sachant pas que ce qui se faisait par l’ange fût réel, et s’imaginant avoir une vision. Lorsqu’ils eurent passé la première garde, puis la seconde, ils arrivèrent à la porte de fer qui mène à la ville, et qui s’ouvrit d’elle-même devant eux ; ils sortirent, et s’avancèrent dans une rue. Aussitôt l’ange quitta Pierre » ».

Panneau 4. Quo Vadis ? et crucifixion de Saint-Pierre

  • « On rapporte que l’apôtre Pierre allait être mis à mort à Rome. C’était l’an 65. Comme l’heure fatale approchait, le grand apôtre saisi d’angoisse, réussit à surprendre la vigilance de ses gardiens et à s’échapper de la capitale. Comme Pierre quittait Rome à l’endroit où s’élève une petite chapelle, l’apôtre fugitif rencontra le Christ. Il reconnut sa face bénie qu’il avait si souvent contemplée sur la terre. Étonné et frappé d’effroi à la vue d’une telle vision, l’apôtre s’écria : quo vadis, domine ? Maître, où vas-tu ?
  • La voix attristée du Sauveur laissa tomber ses mots : je vais à Rome pour y mourir à ta place.
  • Le courage de martyr s’éveilla aussitôt dans le cœur repentant de l’apôtre qui, faisant demi-tour, reprit le chemin de Rome. Ainsi que l’avait prophétisé le Sauveur, ses persécuteurs se saisirent de lui, lui étendirent les mains sur une croix et le menèrent où il ne voulait pas aller. Crucifié la tête en bas, d’après la tradition -car il se jugeait indigne d’être crucifié comme son Sauveur- l’ardent apôtre passa au travers des supplices dans la glorieuse présence du Seigneur ».

Autres œuvres de Veit Wagner

A. Chaire de Saint-Georges à Haguenau (1500). Chronique et photos du blog

B. Retable de Bergheim (1515-1517). Exposé au Musée Unterlinden de Colmar

C. Le Mont des Oliviers de la cathédrale à Strasbourg (1498) (sculpture actuellement inaccessible au public). Photos sur le site du Petit patrimoine.

  • « Cette monumentale sculpture située dans le transept nord, contre le mur de l’abside de l’actuelle chapelle Saint-Laurent. Ce Mont des Oliviers a été commandé au sculpteur Veit Wagner en 1498 par Nicolas Roeder, pour le cimetière de l’église Saint-Thomas de Strasbourg. Il a été transféré à son emplacement actuel dans la cathédrale en 1667.
  • Ce groupe sculptural a de grandes dimensions : 9 mètres de long sur 3,80 mètres de large et 5 mètres de haut.
  • On y voit 31 personnages. Au 1er plan les 3 apôtres endormis, puis le Christ priant face à un ange. Plus loin une foule accompagnant Judas. En arrière-plan, un paysage rocheux avec une ville dominée par une croix. Tout ici est calculé, et chaque élément renvoie aux évangiles. La mise en scène est remarquable et le souci du détail et des symboles évoque ou rappelle diverses scènes de la Passion du Christ ».

1 commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, B. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), Non classé

Une réponse à “Veit Wagner, sculpteur sur bois

Répondre à pressagrun Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.