Musée Frieder Burda, Die Brücke

Die Brücke 1905-1914, exposition au musée Frieder Burda (Baden-Baden) jusqu’au 24 mars 2019. Chronique en 5 parties.

  • Présentation de l’expo sur le site du musée
  • Place de Die Brücke au sein de l’expressionnisme
  • Frieder Burda, né en 1936, biographie résumée de ce grand collectionneur
  • Le musée Frieder Burda, ouvert en 2004 ; album de 16 photos
  • L’architecte, Richard Meier, né en 1934.

Cliquer sur les images pour les agrandir

1.Extrait de la présentation de l’exposition sur le site du Musée. « Les œuvres très colorées de l’expressionnisme allemand sont un élément primordial de la Collection Frieder Burda. Il importait donc, après l’exposition consacrée au Blauer Reiter en 2009, de montrer à Baden-Baden le deuxième groupe influent de ce courant artistique également, Die Brücke. L’exposition réunissant quelque 120 œuvres, dont 50 tableaux prestigieux, permet de donner un aperçu de l’œuvre de Ernst Ludwig Kirchner, Erich Heckel, Karl Schmidt-Rottluff, Max Pechstein et Emil Nolde.

Fondé en 1905 à Dresde, Die Brücke marque le passage à l’art moderne en Allemagne. L’orientation stylistique, en rupture avec la peinture traditionnelle et avec tout critère académique, fut rapidement appelée « expressionnisme ». Outre ses solutions artistiques innovantes, l’expressionnisme incarnait aussi une nouvelle attitude face à la vie »Lire la suite…

2. Die Brücke au sein de l’expressionnisme allemand

« Plusieurs groupes peuvent être rattachés à l’expressionnisme, tels que la Nouvelle Association des artistes munichois (NKVM) et la Sécession de Berlin dont sont issus par rupture, respectivement Der blaue Reiter (Le Cavalier bleu) et Die Brücke (Le Pont). En 1918, le Novembergruppe en cristallise la portée politique.

Die Brücke est fondé en 1905 par Ernst Ludwig Kirchner, Fritz Bleyl, Erich Heckel et Karl Schmidt-Rottluff à Dresde. Max Pechstein et Emil Nolde en 1906, Otto Müller en 1910, et Cuno Amiet les rejoignent. Le fauviste Van Dongen se joignit aussi à eux et fut l’intermédiaire avec ses compagnons français. L’intention du groupe était d’attirer tout élément révolutionnaire qui voudrait s’unir à eux, c’est ainsi qu’ils l’exprimèrent dans une lettre adressée à Nolde. Leur plus grand intérêt était de détruire les vieilles conventions, à l’identique de ce qui se passait en France.

Selon Kirchner, ils ne pouvaient s’imposer de règles et l’inspiration devait couler libre et donner expression immédiate aux pressions émotionnelles de l’artiste ; ils se préoccupent moins des aspects formels, position qui les séparait du fauvisme de Matisse et Braque avec des scènes très brutales et sanglantes.

Pour les Allemands, le contenu est plus important que la forme. La charge de critique sociale qu’ils imprimèrent à l’œuvre leur valut d’être blâmés par les conservateurs qui les accusaient d’être un danger pour la jeunesse allemande.

Kirchner fut considéré comme le plus authentique représentant de Die Brücke. Il fut un artiste hypersensible qui peignait les rues et la vie urbaine de Berlin de manière nouvelle et originale. Ses formes décharnées et pointues, aux couleurs acides, sont caractéristiques, dans des œuvres comme L’École de danse de 1914.

Emil Nolde, même s’il quitta le groupe à la fin de l’année 1907, a aussi été considéré comme un des plus importants représentants du groupe. Influencé par le Belge Ensor et par Van Gogh, il se sentit fortement attiré par le primitivisme noir et par le mythe du sauvage. Sa recherche du paradis se centra plus sur la concrétion du primordial que sur les attitudes escapistes, façonnant son sentiment tragique de la nature et son inspiration de caractère psychologique et instinctif, éléments qui ont fait de lui le peintre expressionniste par excellence. Vers 1909, et après une grave maladie, il commença à peindre des tableaux à thème religieux, dans lesquels il exprima son inspiration mystique »…

3. Frieder Burda, imprimeur et collectionneur

« Né en 1936, il est le deuxième fils de l’éditeur Franz Burda et de son épouse Aenne Burda. Avec son frère aîné Franz et son frère cadet Hubert, Frieder a grandi à Offenburg. Après avoir terminé ses études à Offenburg, Triberg et en Suisse, il a obtenu un diplôme en impression et en publication. Il a été formé dans le groupe d’entreprises de son père. Plus tard, il vécut en France et devint éditeur de magazines. Il a passé plusieurs années en Angleterre et aux États-Unis avant de devenir imprimeur à Darmstadt.

Grand collectionneur d’art, Frieder Burda a acheté sa première œuvre, une peinture rouge découpée de Lucio Fontana, à la Documenta 4 de Kassel en 1968. En construisant sa collection, il a pris conseil auprès d’amis, historiens de l’art, notamment Werner Spies. Il avait initialement prévu de construire un musée près de Mougins, en France, où il avait une maison ».

4. Le Musée Frieder Burda

« En 2004, il a ouvert le musée Frieder Burda à Baden-Baden, dans un bâtiment de 20 millions d’euros conçu par l’architecte Richard Meier. La collection comprend plus de 700 œuvres, dont plusieurs chefs-d’œuvre tardifs de Picasso et de collections d’importants artistes d’après-guerre allemands, tels que Gerhard Richter et Sigmar Polke. L’accent est mis sur la peinture allemande, d’artistes allant de Max Beckmann à Eugen Schönebeck en passant par Georg Baselitz à Corinne Wasmuht. Après son ouverture en octobre 2004, le musée a attiré 40 000 visiteurs au cours de ses deux premiers mois »…

5. L’architecte Richard Meier

« Né le 12 octobre 1934) est un architecte américain, dont les dessins géométriques font un usage éminent de la couleur blanche. Lauréat du prix d’architecture Pritzker en 1984, Meier a conçu plusieurs bâtiments emblématiques, notamment le musée d’art contemporain de Barcelone, le centre Getty de Los Angeles ».

Pour aller plus loin. Chroniques d’Histoires d’universités sur d’autres expositions du Musée Frieder Burda.

Commentaires fermés sur Musée Frieder Burda, Die Brücke

Classé dans B. Photos, D. Allemagne, F. 19ème et 20ème siècles

Les commentaires sont fermés.