La recherche française décroche

Histoires d’universités. Suite des chroniques Les démolisseurs de la recherche (22 février 2019), Recherche : de qui se moque-t-on ? (1 février 2019)

26 mars 2019, la Grande table de France Culture a invité Serge Haroche, professeur au Collège de France, médaille d’or du CNRS en 2009, prix Nobel de physique en 2012. Pourquoi la recherche française décroche ?

Où va la recherche française ? Quelles sont les difficultés des jeunes chercheurs aujourd’hui ? Quelle est l’attractivité de la France et quels sont ses points faibles?

Lundi 18 mars 2019, lors du débat organisé par l’Elysée avec une soixantaine d’intellectuels, Serge Haroche a profité de l’occasion pour alerter sur le décrochage de la recherche française.

  • Les hommes politiques reconnaissent l’importance de la recherche, mais ce sont des paroles. Il faut que des actes suivent (Serge Haroche).

Ce soir-là, ils ont été plusieurs à alerter sur leur discipline en crise : Boris Cyrulnik a ainsi déploré la faible part du budget de la santé consacré à une « psychiatrie française délabrée ». L’obstétricien René Frydman a jugé nécessaire d’en améliorer les moyens avant d’étendre la PMA. Le Prix Nobel de Médecine Jules Hoffman a, quant à lui, jugé « honteuse » la situation des jeunes chercheurs en France, le physicien Claude Cohen Tannoudji ayant évoqué la difficulté à obtenir postes et crédits.

  • Notre seule ressource naturelle, notre seule richesse, est celle qui réside dans le cerveau des jeunes (Serge Haroche).

Commentaires fermés sur La recherche française décroche

Classé dans Non classé

Les commentaires sont fermés.