Portails et Tympans en Alsace

Ce que racontent les tympans de six églises d’Alsace (Strasbourg, Sélestat, Colmar, Guebwiller,Thann).

1.Strasbourg, Notre-Dame, portail de la Passion du Christ

Cliquer sur les images pour les agrandir

« Au registre inférieur, on voit de gauche à droite : l’entrée à Jérusalem, la Cène, l’arrestation du Christ, la comparution devant Pilate et la flagellation, représentée de façon traditionnelle (le Christ attaché à une colonne).

Au second registre se succèdent les scènes du couronnement d’épines, du portement de croix, de la crucifixion (avec un squelette au pied de la croix), la descente de croix, les saintes femmes accueillies par un ange au tombeau (des soldats dorment sous le tombeau).

Au troisième registre, on assiste à la pendaison de Judas, l’anastasis, l’apparition à Marie-Madeleine (noli me tangere), l’incrédulité de Saint Thomas ».

2. Strasbourg, Saint-Pierre le Jeune, portail d’Erwin.

« Lorsque Carl Schäfer de Karlsruhe a fait réaliser en 1897 ce portail par Ferdinand Riedel, sculpteur en chef de l’Œuvre Notre-Dame, il a également conçu une polychromie.

Dans les ébrasements, il s’agit de la parabole des vierges sages et des vierges folles qui est illustrée, parabole qui est également présente sur le portail de droite de la Cathédrale de Strasbourg. Cette parabole, tirée de l’évangile de Saint Mathieu, est une préfiguration du jugement dernier, avec d’un côté les vierges sages représentant les élus, et de l’autre, les vierges folles évoquant les damnés. Ici, les vierges sages tiennent une lampe remplie d’huile, elles attendent la venue de l’époux. De l’autre côté alors que les vierges folles ont des lampes vides au moment de son arrivée. Cette parabole se termine par un appel à la vigilance : « Veillez, car vous ne savez ni le jour, ni l’heure »

Au tympan, Crucifixion entre la Vierge et St Jean, avec de part et d’autre les figures allégoriques de l’Église et de la Synagogue. On voit également des anges surmontés du Christ entouré du tétramorphe, les quatre évangélistes ».

3. Sélestat, Sainte-Foy, le tympan au tétramorphe

« Le porche est divisé transversalement en trois travées. A celle du milieu correspond le portail, les deux latérales étant percées de deux baies jumelées à colonnettes prise sous une archivolte. Le portail est creusé de trois ressauts à colonnettes torsadées, à palmettes ou feuillages.

Le tympan repose sur deux atlantes formant console. Il est plat et recouvert d’une peinture moderne (les symboles des 4 évangélistes entourant Dieu triomphant) ».

4. Colmar, Saint-Martin, le tympan du portail sud

« La partie basse du tympan en plein cintre montre Saint Nicolas entouré à sa droite de trois jeunes filles qu’il a sauvées d’un sombre destin (la prostitution ?), leur père étant ruiné et ne pouvant donc fournir de dot. A sa gauche, trois jeunes hommes, représentant probablement le miracle de la résurrection de trois enfants, perdus en forêt, et hébergé par un boucher qui s’empressa de les tuer et de les mettre au saloir…

L’extrados de ce tympan inférieur est surmonté d’un second tympan en arc brisé représentant le Jugement dernier : le Christ en gloire est entouré d’anges portant les instruments de la passion et sonnant la trompette ; à sa gauche la résurrection des morts et la gueule de l’enfer ; à sa droite, le cortège des élus. Il y a une certaine parenté entre les figures des jeunes filles avec celles des vierges sages et folles de la cathédrale de Strasbourg ».

5. Guebwiller, Saint-Léger, le portail d’entrée

« Au-dessus du porche d’entrée se trouve le tympan, qui représente le Christ entouré de la Vierge et de Saint-Léger. Trois arcades surplombent ce tympan. Au centre de la première, est sculptée une tête ».

6. Thann, Saint-Thiébaud, scènes de la vie de Marie

« Le portail central fait 18 mètres  de haut et 8 de large. Les deux portails avec des archivoltes, des extrados avec des personnages et des tympans sont surmontés d’un autre, plus grand, composé de trois archivoltes et d’un tympan en cinq parties.

Dans cette composition, on trouve 150 scènes sculptées avec environ 500 personnages, qui relatent la vie de la Vierge sur le tympan principal, la Nativité et l’arrivée des Rois mages sur le petit tympan de droite, la Crucifixion sur celui de gauche.

Aux piédroits, diverses statues dont celle de St Thiébaud. Dominant le trumeau, une remarquable vierge à l’enfant de 1380″.

SONY DSC

Commentaires fermés sur Portails et Tympans en Alsace

Classé dans A. Art médiéval, B. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

Les commentaires sont fermés.