ParcourSup : « en attente de BTS »

ParcourSup, 15 mai 2019. Date fatidique pour celles et ceux qui souhaitent accéder en 1ère année d’enseignement supérieur à la rentrée prochaine. Demain 15 mai, elles/ils recevront les réponses pour les vœux qu’ils ont formulés et auront 5 jours pour y répondre. Attention à ne pas laisser passer le délai du 19 mai ! Cf. ci-dessous le schéma publié par Educpros.

Dans cette chronique, je m’intéresse aux candidats à l’entrée dans un Brevet de Technicien Supérieur, et plus particulièrement aux candidats qui vont passer prochainement un baccalauréat professionnel. Le diplôme BTS, sélectif à l’entrée et objet d’un numerus clausus (capacité d’accueil limitée), préparé dans un lycée public ou dans un lycée privé, est très attractif.

31% des vœux formulés concernent ce diplôme. Ce taux est plus important encore dans les filières professionnelles : 51% des vœux des potentiels bacheliers technologiques et 77% de ceux des potentiels bacheliers professionnels portent sur la filière BTS. Il semble évident qu’il manquera des places en Sections de techniciens Supérieurs. Un nombre important de candidats recevra donc une ou des réponses d’admission particulièrement stressantes : « oui, en attente d’une place » (leur position dans la liste d’attente devant évoluer chaque jour).

Cliquer sur les images pour les agrandir.

Le diplôme BTS est attractif :

  • en témoigne par exemple le nombre de candidatures dans le lycée Z dans un certain nombre de filières des services : Support à l’action managériale (500), Services Informatiques aux Organisations (800), Comptabilité et  Gestion (1000), Communication (2000), Management des unités commerciales (2500).

Ce nombre de candidatures fort important tient à plusieurs raisons :

  • tout d’abord il est lié à l’inefficacité d’un premier barrage : l’avis donné par le conseil de classe est presque toujours favorable à la poursuite d’études dans au moins un des BTS.
  • les bacheliers professionnels, qui ont obtenu un tel avis favorable, ont la garantie d’avoir une place en BTS. Ils ont donc eu intérêt à faire un ou plusieurs vœux en BTS. Garantie d’avoir une place ? C’est en effet le Recteur qui décide au final de leur affectation dans un BTS (chronique du 19 février 2019 : le Recteur recrute en STS).

Cette garantie de place pour les bacheliers professionnels ne supprime cependant pas le passage par l’analyse et le classement des dossiers des candidats

  • vu le nombre de dossiers à traiter, le travail ne peut être fait en commission générale. Chaque enseignant spécialisé a un certain nombre de dossiers à traiter. Son travail consiste à attribuer une note globale (1 : non ; 5 : dossier faible ; 8 : dossier à orienter de préférence vers une classe passerelle ; 11 : moyen ; 15 : admettre en priorité). Il ne faut pas oublier que les enseignants concernés traitent aussi des dossiers d’élèves en terminale générale ou en terminale technologique, qui ont de meilleurs dossiers. Impossible de les ignorer !
  • dans cette procédure de traitement des dossiers, on peut se passer d’un jury collectif. Le proviseur du lycée et ses chefs de travaux sont les seuls à avoir une vision un peu globale. Ont-ils le pouvoir de décision sur la longueur de la liste d’attente (réponse : « oui, en attente ») ou celle-ci est-elle fixée par les services du Rectorat ou par les algorithmes de ParcoursSup ?

Que deviendront les candidats qui n’auront aucune proposition d’admission (réponse « non » à tous leurs vœux) ou qui seront mal classés dans une liste d’attente ?

  • certains, comme l’an dernier, abandonneront ParcourSup, i.e. ne pourront dès lors poursuivre d’études dans une de ses filières
  • d’autres patienteront, attendront fin juin pour pouvoir être accompagné par les services du rectorat

Une proposition d’entrer dans une Classe passerelle pourra être faite et acceptée par certains. Qu’est cette année ou ce semestre préparatoire au BTS (chronique du 5 avril 2019.) ?

  • les classes passerelles vers le BTS ne font pas l’unanimité, EducPros, Philippe Bohlinger, 11.04.2019. « Problème : sur les 139 classes passerelles, prévues par le ministère en 2018 pour accueillir 2.250 élèves, seuls 66 établissements s’en sont dotés. Au total, 717 jeunes ont pu en bénéficier… Selon la secrétaire nationale en charge des lycées au Snes-FSU, les élèves ne comprennent pas ce qu’ils font en classes passerelles. Ils ont reçu un avis favorable de leur conseil de classe afin d’intégrer un BTS et se retrouvent barrés par Parcoursup ! »

La classe passerelle, difficile à organiser et fort coûteuse, fait partie des fausses bonnes idées. Elle part d’une bonne analyse : des élèves n’ont pas le niveau et vont échouer en BTS. Mais si elle ne concerne que peu d’élèves, elle ne sert globalement à rien. La solution ne serait-elle pas de revenir en arrière, de rétablir la 4ème année du bac professionnel, supprimée sous le mandat de Nicolas Sarkozy. Problème : il ne faut pas rêver !

Autre problème de taille, ParcourSup a des conséquences négatives sur le climat dans les classes préparant au bac pro. Dès que le conseil de classe a donné son avis (la plupart du temps, il est favorable à une poursuite d’études en BTS), il est difficile de faire travailler les élèves : l’absentéisme se développe ainsi que l’impossibilité d’organiser des interrogations sur table, des travaux à la maison… Dans les académies aux vacances de printemps tardives, le 3ème trimestre n’existe plus.

Le moral n’est pas non plus au beau parmi les professeurs de Bac Pro et de BTS. Si la pression institutionnelle se renforce encore (« toujours plus de bacheliers professionnels en STS » et « moins de bacheliers généraux et technologiques »), le niveau global ne pourra que baisser davantage. Quel sens donner à son travail d’enseignant si la transmission des connaissances ne peut aboutir !

Le pire est probablement devant nous.

Pour aller plus loin : depuis 2009, 153 chroniques d’Histoires d’Universités sur les STS et les BTS

Commentaires fermés sur ParcourSup : « en attente de BTS »

Classé dans Non classé

Les commentaires sont fermés.