Archives mensuelles : octobre 2019

Lucas Cranach, le père et le fils

1505. « Lucas Cranach l’Ancien, né en 1472, s’établit à Wittemberg et devient peintre de cour auprès de l’électeur de Saxe Frédéric le Sage. Il a 33 ans. Il est anobli en 1509 et reçoit du prince-électeur des armoiries représentant un dragon ailé portant un rubis, qui sera sa signature et celle de son atelier sur de très nombreux tableaux ».

Cliquer sur les images pour les agrandir

« L’activité de Cranach change. Ses protecteurs, comme le cardinal Albert IV de Brandebourg attendent de lui non seulement des retables et des portraits, mais aussi des œuvres décoratives pour leurs fêtes et les intérieurs de leurs nombreuses demeures. Pour faire face aux nombreuses demandes, Cranach met sur pied un atelier où ses deux fils travaillent.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire moderne, B. Photos, D. Allemagne

Des milliards de photos volatilisées

Chères lectrices et lecteurs, vous avez pu constater que les albums photos d’Histoires d’universités, antérieurs à 2018, ne sont plus accessibles. Quand, dans une chronique, vous cliquez sur « album de x photos », il apparaît le message d’erreur suivant :

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Depuis le début 2018, je publie donc les photos (libres de droit) sous Microsoft PowerPoint. Elles sont facilement téléchargeables.

J’ai l’intention de rétablir progressivement des liens supprimés par Google. Vous pouvez me demander de rétablir en priorité les liens que vous m’indiquerez

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans B. Photos

Peinture murales (début 15ème)

Église protestante de Weiterswiller (Bas-Rhin). Peintures murales du début du 15ème siècle. « Comme dans de nombreux édifices cultuels du Moyen Age, elles représentant une Concordia charitatis c’est-à-dire d’un côté des scènes de l’Ancien Testament et de l’autre du Nouveau Testament. Une seconde série de figures de saints est placée dans des embrasures de fenêtres ».

Album 1 : 13 photos. « L’église et son cimetière. Adam et Eve : le mariage, la pomme, le travail de la terre après l’expulsion du Paradis.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, A. Histoire moderne, B. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Arts Lettres Langues

Sites de documents partagés

Sites de documents partagés, collectés par des étudiants. Studocu, créé en 2013 par quelques étudiants néerlandais, est arrivé en France en 2018.

Ses arguments publicitaires auprès des étudiants :

  • Trouve les documents correspondant à ta formation.
  • Les meilleurs documents partagés par des étudiants, regroupés en un seul endroit.
  • Étudie n’importe quand, n’importe où, sur n’importe quel support.
  • Parce que tu fais parfois face à des imprévus, tu dois être en mesure d’étudier partout, à tout moment.
  • Révise pour ton examen une dernière fois sur ton téléphone ou ta tablette sur le trajet.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Performances 2020 pour la MIRES

Projets annuels de performances (Annexe au projet de loi de finances pour 2020), Mission Recherche et Enseignement Supérieur (414 pages). Pour les Projets annuels de performances depuis 2011, cliquer ici.

150 – Formations supérieures et recherche universitaire

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans B. Quiz, Non classé

Richarde fonde l’abbaye d’Andlau

A l’occasion de la mise en place de la nouvelle statue de Sainte Richarde à Saint-Pierre-le-Vieux (chronique précédente), republication de la chronique de mai 2005 sur l’abbatiale Sainte-Richarde à Andlau.

880. Abbaye de chanoinesses fondée par Richarde de Souabe, épouse de l’empereur Charles le Gros. La légende de Richarde : le lieu pour l’abbaye est désigné par une ourse.

P1280496Cliquer sur les images pour les agrandir

1045. Un incendie détruit l’édifice primitif. Reconstruction dans la seconde moitié du siècle. De passage en Alsace, Léon IX, pape de 1049 à 1054, canonise Richarde et ordonne le transfert des cendres dans l’église en construction.

Crypte. Elle s’étend sous un chœur à chevet plat et sous la croisée du transept. Elle se compose de deux parties d’époques différentes. La crypte occidentale (vers 1050) remonte au début de la reconstruction. De plan carré, elle comprend trois vaisseaux d’égale hauteur et largeur, de trois travées chacun, recouverts d’arêtes, avec pilastres aux murs et quatre colonnes monolithes au centre. Les chapiteaux sont cubiques à gros tailloir chanfreiné et les bases, à demi enfouies dans le dallage, portent deux boudins à large scotie. Dans le champ central s’ouvre une fenêtre et dans le bras des travées une niche.

P1280460

La crypte orientale (1080-1100) communique avec la précédente par trois arcades sur piliers carrés. De plan rectangulaire, elle est moins large et plus haute, voûtée d’arêtes qui retombent au centre sur des colonnes, coté murs sur des colonnes engagées, et dans les angles sur des pilastres carrés. Les chapiteaux sont légèrement coniques, les bases, semblables aux précédentes, reposent sur des plinthes carrées. Dans le mur du chevet s’ouvrent trois fenêtres plein cintre. Un oculus ajoure les parois latérales.

Frise. Les sculptures relatent le message de l’Histoire Sainte, le paradis terrestre et le péché original. A côté des ces références religieuses, on peut voir des scènes de la vie quotidienne de l’époque (scènes de chasse, trafic de vin, combats de chevaliers…) ou encore des monstres, des lions, des chameaux. Autre analyse de la frise en note de fin de chronique.

P1280419

Portail. Tympan : le Christ remet une grande clé à Saint Pierre et un livre à Saint Paul. Linteau, histoire d’Adam et d’Eve ; chassés du paradis terrestre, ils sont assis sous un arbre sans fruits. Sur les pilastres, des bienfaiteurs de l’abbaye.

Nef. Vaisseau central et collatéraux surmontés d’une tribune.

1160. Un incendie détruit l’église non voûtée, la nuit du Samedi Saint, mais épargne la crypte, le portail, la frise. La reconstruction crée le transept et le chœur.

14ème. Châsse de Sainte-Richarde. Au sud : sainte Richarde touchant la croix de Luithard, épisode à l’origine de la calomnie, Charles le Gros entre un écuyer et un chevalier accusant sainte Richarde d’adultère ; au nord : jugement de dieu de sainte Richarde entre un évêque et l’empereur Charles le Gros, sainte Richarde remettant la maquette de l’abbaye à Saint-Pierre ce qui symbolise sa donation au Saint-Siège.

P1280484

15ème. Dans la crypte, Piéta. Dans le chœur, stalles avec armoiries.

18èmeEntre 1698 et 1703, la nef est reconstruite ainsi que les sacristies et les parties hautes du transept et du chœur. L’étage du massif occidental est restauré et reçoit en 1704 un clocher, complété en 1732 par un niveau octogonal avec un toit à l’impériale et un lanternon. Du 18ème également : buste de Saint Sébastien en bois polychrome (dans la crypte), chaire en bois massif (1703), chapelle baroque de Saint Sébastien.

Après la révolution, l’abbatiale Sainte-Richarde devient l’église Saint-Pierre et Saint-Paul.

19ème. Vitrail de la mort de Sainte Richarde.

Note. La Frise de l’Abbatiale n’est pas un élément de l’art décoratif de l’art Roman. Elle contient et transmet un message Ontologique et Religieux que nous avons à décoder. Le changeur d’argent et le vigneron, les 2 tricheurs sont mis à l’extérieur de l’église parce qu’ils faussent leur mesure. Le démon est fixé sur la nuque d’un personnage assis. Ce personnage tient dans la main une balance, dans l’autre il tient une pièce de monnaie, c’est le changeur d’argent, il appartient déjà au démon parce qu’avec son genou il fausse la balance. A coté de lui le démon est assis sur un tonneau, dans sa main il tient solidement une corde nouée au cou d’un vigneron. Celui ci est déjà sous la coupe du démon parce qu’il est en train de mettre de l’eau dans le vin.

Une scène de chasse nous montre un cerf aux abois poursuivi par les chiens et les chasseurs. Un exemple typique du symbolisme Roman. Cette illustration est une paraphrase du psaume 42 « Comme gémit une biche après l’eau vive, ainsi gémit mon âme, vers toi mon Dieu ». La biche est le symbole de l’âme humaine. Le chasseur et ses chiens représentent le démon qui pourchasse l’âme afin de la séparer de l’intimité avec Dieu. L’homme séparé de Dieu est comme le cerf traqué par les chasseurs.

Lire aussi

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, B. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

Sainte Richarde, le retour

Une nouvelle statue de Sainte Richarde a pris place à droite du portail principal de l’église Saint-Pierre-le-Vieux catholique (Strasbourg). L’autre statue représente l’évêque de Strasbourg dans la deuxième moitié du 7ème siècle, Saint Argobast.

Biographie de Richarde de Souabe (840 – avant 906). La nouvelle statue sculptée : album de 21 photos.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Citations de l’article des DNA, MSK, Richarde la vertueuse, à la croisée du temporel et du spirituel, 1er octobre 2019. autre source consultée L’ami hebdo, septembre 2016.

« Cette statue en grès rose des Vosges est une copie conforme de la précédente, déposée il y a dix ans. Elle a été sculptée au sein des ateliers de l’œuvre Notre-Dame par la tailleur de pierre Nathalie Masson. Les 30 000 euros de ce chantier ont été financés par la Ville de Strasbourg.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, B. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

Concile de Constance et Courtisanes

Concile de Constance (1414-1418). L’empereur, le Pape et la Courtisane.

  • A l’occasion de l’excellent cours d’Olivier Richard Le corps au Moyen Age (L3 d’Histoire à Strasbourg, cours 5 : la sexualité ; cours 6 : la maladie), republication d’une chronique parue en juillet 2011. Peter Lenk, sculpteur historien

Peter Lenk, né en 1947 à Nuremberg, vit sur la rive allemande du Bodensee, le lac de Constance. Ses œuvres sont exposées en plein air dans 25 villes allemandes. Elles sont devenues une attraction touristique très photographiée.

Les sculptures imposantes racontent des histoires sous forme de « bandes dessinées ». Des histoires locales anciennes ou faisant référence à des évènements, à des hommes et femmes contemporains. Elles n’illustrent pas la Réalité. Elles orchestrent la Réalité de l’auteur, sa vision critique, voire provocatrice. Elles attirent l’attention du spectateur, en particulier parce qu’elles sont satiriques avec des connotations sexuelles constantes et même quelquefois scatologiques. Il doit y avoir un fond anarchiste chez Peter Lenk. Mais il fait œuvre utile d’historien : il invite à rechercher d’autres sources.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Histoire médiévale, B. Photos, D. Allemagne, E. Sciences humaines et sociales

Les fautes de Frédérique Vidal

Depuis 2007, tous les ministres et secrétaires d’État de l’enseignement supérieur ont décidé de mettre cet objectif au cœur de leur politique explicite. Faut-il rappeler leurs noms ? Valérie Pécresse, Laurent Wauquiez, Geneviève Fioraso, Najat Vallaud-Belkacem, Thierry Mandon. Chronique d’Histoires d’universités (novembre 2017) : faire progresser la réussite en Licence

Frédérique Vidal s’inscrit dans la continuité de ses prédécesseurs.

Communiqué à l’occasion de la remise du Rapport du Comité de suivi de la Loi Orientation et Réussite des Étudiants (7 octobre 2019).

  • « Le comité reconnaît les avancées permises par la loi en faveur de la réussite étudiante, notamment grâce à l’introduction, pour la première fois, d’un accompagnement personnalisé et à la création de parcours adaptés pour les lycéens et étudiants ».

Par fonction, Frédérique Vidal est obligée de dire du bien de la loi ORE. Le Comité la flatte en reconnaissant les « avancées permises ». Puisqu’il n’y pas encore de résultats prouvés, un Comité impartial et prudent aurait dû plutôt parler d’avancées « souhaitées, visées, voulues »Faute vénielle de la Ministre.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Contre l’expulsion de M. Gueye

« Un enseignant en poste dans un collège de l’Hérault se voit retirer son titre de séjour, avec obligation de quitter le territoire sous 30 jours, alors même qu’il dispose d’un contrat en vigueur jusqu’au 1er septembre 2020. Ses collègues dénoncent la décision du Préfet de l’Hérault.

M. Gueye vit en France depuis septembre 2011. Après avoir fini ses études à Montpellier, il a obtenu un titre de séjour comme travailleur polyvalent — il a travaillé plusieurs années dans la restauration. Physicien de formation, il a été embauché comme contractuel par l’éducation nationale en Février 2017, enchaînant les contrats courts dans des conditions difficiles : postes partagés dans des établissements éloignés de son domicile, éducation prioritaire, sans rémunération pendant les vacances scolaires.

A la rentrée 2019, il a été affecté pour l’année scolaire à un poste dans deux collèges d’éducation prioritaire de Montpellier (Gérard Philipe et Arthur Rimbaud). M. Gueye a reçu le 14 Septembre dernier une Obligation de Quitter le Territoire Français (OQTF) sous 30 jours, alors que son titre de séjour était valable jusqu’en décembre 2020.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans E. Mobilité internationale, E. Sciences