Sainte Richarde, le retour

Une nouvelle statue de Sainte Richarde a pris place à droite du portail principal de l’église Saint-Pierre-le-Vieux catholique (Strasbourg). L’autre statue représente l’évêque de Strasbourg dans la deuxième moitié du 7ème siècle, Saint Argobast.

Biographie de Richarde de Souabe (840 – avant 906). La nouvelle statue sculptée : album de 21 photos.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Citations de l’article des DNA, MSK, Richarde la vertueuse, à la croisée du temporel et du spirituel, 1er octobre 2019. autre source consultée L’ami hebdo, septembre 2016.

« Cette statue en grès rose des Vosges est une copie conforme de la précédente, déposée il y a dix ans. Elle a été sculptée au sein des ateliers de l’œuvre Notre-Dame par la tailleur de pierre Nathalie Masson. Les 30 000 euros de ce chantier ont été financés par la Ville de Strasbourg.

Elle a été l’épouse du dernier empereur carolingien, Charles III le Gros (839-888). Après 12 ans de mariage, elle est répudiée car elle n’a pas donné d’enfant à l’empereur. Celui-ci prend pour prétexte l’infidélité de sa femme. Même si des tableaux et des textes postérieurs à l’affaire parlent d’une ordalie subie par la future sainte pour prouver son innocence, les recherches historiques ne documentent pas comment elle aurait marché dans les braises sans subir de brûlures.

La statue reprend les symboles impériaux : couronne sur la tête, sceptre tenu de la main droite, abbaye reproduite en miniature et reposant sur le bras gauche (Richarde a fondé l’Abbaye d’Andlau en 880).

Dernier détail touchant sur la statue, aux pieds de la sainte, une ourse vient se frotter au drapé de la robe. La légende raconte que Richarde avait eu l’intuition (ou la vision) que son abbaye devait être fondée à l’endroit où elle rencontrerait une ourse. Cet animal, elle l’aurait trouvé en train de creuser la terre avec ses pattes.

La suite de la légende explique que l’ourse souhaitait enterrer de cette manière un de ses rejetons morts. Mais Sainte Richarde aurait réchauffé l’ourson dans ses bras pour le ranimer à la vie. Apparemment, l’Église catholique ne valide pas ce miracle. C’est égal, l’histoire est belle ! »

Commentaires fermés sur Sainte Richarde, le retour

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, B. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

Les commentaires sont fermés.