Gagner en TA. Et le préjudice ?

Contentieux à propos du non-recrutement d’un maître de conférences à l’IUT de Nîmes en juin 2017. Plus de deux ans après, le 18 octobre 2019, c’est le jour de la lecture du jugement : le Tribunal administratif de Montpellier donne, à première vue, raison à la plaignante.

  • mais le directeur de l’IUT reviendra-t-il sur la décision de non-recrutement prise en juin 2017, en l’absence d’une quelconque astreinte journalière au terme d’un délai de deux mois.

Cliquer sur les images pour les agrandir

  • mais la candidate se contentera-t-elle du versement d’une somme symbolique (1 500 euros), eu égard au salaire de maître de conférences qu’elle aurait perçu depuis la rentrée 2017. Elle demandait évidemment beaucoup plus.

Selon moi, un tel jugement a de quoi refroidir les candidats qui estiment avoir été très injustement lésés, moralement et financièrement, par une absence de recrutement alors qu’ils ont été classés en tête par le comité de sélection.

1 commentaire

Classé dans C. Occitanie (Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon), E. Ingénierie

Une réponse à “Gagner en TA. Et le préjudice ?

  1. outlierjoe

    Le droit du directeur d’IUT d’opposer son veto au recrutement d’un EC est un anachronisme.