Diderot, l’Encyclopédie, l’Université

37 articles de l’Encyclopédie, consultables sur ENCRRE, base de données du CNRS.

  • Les structures : Écoles, Universités, Collèges, Académies
  • Les fonctions : chancelier, recteur, procureur, doyen de faculté, professeur, bedeau…
  • L’enseignement et la recherche : les disciplines…
  • Les grades : bachelier, licencié, maître, docteur.

Cliquer sur les images pour les agrandir

A. Les Structures.

Écoles. Écoles de droit : article de l’encyclopédie

  • « L’école de Beryte ou Beroé, ville de Phénicie, paroît être la plus ancienne école publique de droit : c’est de-là qu’elle est nommée nutrix legum dans la constitution de Justinien, de ratione & methodo juris. On ne sait pas précisément en quel tems elle fut fondée. Justinien en parle comme d’un établissement déjà ancien, qui avoit-été fait par ses prédécesseurs ; & on la trouve déjà établie dans la loi premiere, au code qui ætate vel professione se excusant, laquelle est des empereurs Dioclétien & Maxime, qui regnoient en 285.
  • Nicéphore Calliste, Sozomene, & Sidoine Apollinaire, en font aussi mention. Mais le premier qui en ait parlé, selon que le remarque M. Menage en ses amenités de droit, est Grégoire Thaumaturge, lequel vivoit sous Alexandre Severe, dont l’empire commença en 222.
  • Cette école étoit une des plus florissantes, & distinguée des autres en ce qu’il y avoit alors quatre professeurs en droit : au lieu que dans les autres dont on va parler, il n’y en avoit que deux. Les incendies, les inondations, & les tremblemens de terre, qui ruinerent Béryte en divers tems, entre autres le tremblement de terre qui arriva du tems de l’empereur Constant, n’empêcherent pas que l’école de droit ne s’y rétablît. Elle le fut de nouveau par Justinien, & étoit encore célebre dans le septieme siecle, & qualifiée de mere des lois, comme on voit dans Zacharie de Myrilen ».

Universités : article de l’encyclopédie

Collèges : article

Les colléges destinés pour l’éducation de la jeunesse ne sont considérés que comme des corps laïcs, quoique de fait ils soient mixtes, c’est-à-dire composés d’ecclésiastiques & de laïques.

  • Les places de principal ni les bourses des colléges ne sont point des bénéfices ; elles ne sont point sujettes à la régale.
  • En quelques endroits, les évêques ont un droit d’inspection plus ou moins étendu sur les colléges, ce qui leur a sans doute été ainsi accordé pour la conservation de la religion & des bonnes mœurs, mais dans aucun collége, soit de plein exercice ou autre, il ne doit point loger ni entrer de femmes ni filles.
  • L’arrêt du conseil du 5 Novembre 1666, qui conserve aux officiers du châtelet la police générale à l’exclusion de tous autres juges, les autorise à se transporter dans toutes les maisons, colléges, dit qu’ouverture leur en sera faite nonobstant tous prétendus priviléges.

Académies

L’Encyclopédie comprend un article Statut mais celui-xi ne mentionne pas les statuts des universités.

B. Les fonctions universitaires

  • Le chancelier et le vice-chancelier (qui fait les fonctions du chancelier en son absence).
  • Deux procureurs aident à gouverner l’université, surtout dans ce qui regarde les exercices scholastiques, la prise des degrés, la punition de ceux qui violent les statuts,
  • Enfin il y a un orateur public, un garde des archives, un greffier, des bedeaux, des porte-verges.

Chancelier et Vice-chancelier. Chancelier de l’église de sainte Géneviève et de l’Université

  • Recteur
  • Procureur. On trouve qu’en l’année 1208 l’université de Paris avoit demandé au pape Innocent III la grace de plaider par procureur ; quoique, selon ce pape, ce qu’elle demandoit fût de droit commun (ce qui doit s’entendre des cours ecclésiastiques), il ne laissa pas de l’accorder pour étendre son pouvoir.
  • Proviseur
  • Doyen de faculté

Professeur

  • Dans les universités, homme de lettres qui fait des leçons publiques sur quelque art ou quelque science, dans une chaire où il est placé pour ce sujet.
  • Les professeurs dans nos universités, enseignent la grammaire & les humanités, en expliquant de vive voix les auteurs classiques & en donnant à leurs écoliers des matieres de composition, soit en vers, soit en prose, qu’ils corrigent pour leur montrer l’application des regles. Ceux de Philosophie, de Droit, de Théologie & de Médecine, dictent des traités que copient leurs auditeurs, auxquels ils les expliquent ensuite.
  • Les professeurs des universités d’Angleterre font seulement des lettres publiques pendant un certain tems.
  • Il n’y a pas encore long-tems que les professeurs ​​étoient payés par leurs écoliers ; mais depuis l’année 1719, le Roi actuellement régnant, a assigné aux professeurs des honoraires fixes, et a par ce moyen procuré à ses sujets l’instruction gratuite, du-moins dans l’université de Paris.

Chaire de professeur

  • Chaire, se dit non-seulement du lieu d’où les professeurs ou régens dans les universités donnent leurs leçons & enseignent les sciences à leurs disciples, mais il s’attribue encore à leur état ou profession : ainsi nous disons que feu monseigneur le duc d’Orléans a fondé en Sorbonne une chaire de professeur en langue Hébraïque, pour expliquer le texte hébreu de l’Ecriture-sainte. On dit egalement disputer une chaire en droit, parce qu’elles se donnent au concours ; & obtenir une chaire en Sorbonne ou à Navarre, pour être admis à faire la fonction de professeur en Théologie.

Nations

Bibliothèques

Archives

  • Archives , se dit d’anciens titres ou chartres qui contiennent les droits, pretensions, priviléges & prérogatives d’une maison, d’une ville, d’un royaume. Il se dit aussi du lieu ou l’on garde ces titres ou chartres. Ce mot vient du Latin, arca, coffre, ou du Grec ἀρχαῖον, dont Suidas se sert pour signifier la même chose : on trouve dans quelques auteurs Latins archarium. On dit les archives d’un collége, d’un monastere.

Bedeau. Bas officier, sergent, qui somme les personnes de paroître ou de repondre.

C. L’organisation des études : les disciplines

Arts libéraux médiévaux. Le Trivium, mot qui signifie les trois chemins ou « les trois voies ou matières d’études » en latin, concerne le « pouvoir de la langue » (expression, raisonnement, persuasion et séduction) et une première maîtrise des lettres.

Le Quadrivium, soit les quatre chemins ou quatre voies au-delà du trivium, se rapporte au « pouvoir des nombres » et à une première maîtrise des sciences ou disciplines mathématisables.

Scholastique

  • « Dans la suite, le nom de scholastique passa des déclamateurs de l’école, à ceux du barreau. Consultez là-dessus le code de Théodose & de Justinien.
  • La philosophie qu’on appelle scholastique a regné depuis le commencement du onzieme au douzieme siecle, jusqu’à la renaissance des lettres…
  • Enfin il désigna ces maîtres-ès arts & de philosophie qui enseignoient dans les écoles publiques des églises cathédrales & des monasteres que Charlemagne & Louis le pieux avoient fondées.
  • Ces premiers scholastiques ou écolâtres, ne furent point des hommes tout-à-fait inutiles ; mais la richesse engendra bientôt parmi eux l’oisiveté, l’ignorance & la corruption ; ils cesserent d’enseigner, & ils ne retinrent que le nom de leurs fonctions, qu’ils faisoient exercer par des gens de rien, & gagés à vil prix, tandis qu’ils retiroient de l’état de larges pensions, qu’ils dissipoient dans une vie de crapule & de scandale ».

D. Les degrés (article de l’Encyclopédie)

Bacheliers

  • Bachelier, est encore un terme dont on se sert dans les universités​ pour designer une personne qui a atteint le baccalauréat, ou le premier degré dans les Arts libéraux & dans les Sciences.
  • C’est dans le treizieme siecle que le degré de bachelier a commencé à être introduit par le pape Grégoire IX, mais il est encore inconnu en Italie.
  • À Oxford, pour être reçu bachelier ès Arts, il faut y avoir étudié quatre ans, trois ans de plus pour devenir maitre ès Arts, & sept ans encore pour être bachelier en Théologie.
  • A Cambridge, il faut avoir étudié près de quatre ans pour être fait bachelier ès Arts, & plus de trois ans encore avant que d’être reçu maître, & encore sept ans de plus pour devenir bachelier en Théologie. Il ne faut avoir étudié que six ans en Droit pour être reçu bachelier de cette faculté.
  • A Paris, pour passer bachelier en Théologie, il faut avoir étudié deux ans en Philosophie, trois en Théologie, & avoir soûtenu deux examens, l’un sur la Philosophie, & l’autre sur la premiere partie de la somme de saint Thomas

Licencié

  • Licence signifie congé ou permission accordée par un supérieur dans les universités. Le terme de licence signifie quelquefois le cours d’étude au bout duquel on parvient au degré de licencié ; quelquefois par ce terme on entend le degré même de licence. L’empereur Justinien avoit ordonné que l’on passeroit quatre ans dans l’étude des lois. Ceux qui avoient satisfait à cette obligation étoient dits avoir licence & permission de se retirer des études : c’est de là que ce terme est usité en ce sens.
  • Le degré de licence est aussi appellé de cette maniere, parce qu’on donne à celui qui l’obtient la licence de lire & enseigner publiquement, ce que n’a pas un simple bachelier.

Licencié en droit

  • Licencié en Droit est celui qui, après avoir obtenu dans une faculté de Droit le degré de bachelier en Droit civil ou en Droit canon, ou in utroque jure, obtient ensuite le second degré, qu’on appelle degré de licence, lequel lui donne le pouvoir d’enseigner le Droit.
  • Ce degré de licence revient à-peu-près au titre de προλύται que du tems de Justinien les étudians en Droit prenoient à la fin de la cinquieme & derniere année de leur cours d’étude ; ce titre signifiant des gens qui sont capables d’enseigner les autres.

Maître

  • Maîtres, magistri, nom qu’on a donné par honneur & comme par excellence à tous ceux qui enseignoient publiquement les Sciences, & aux recteurs ou prefets des écoles publiques.
  • Dans la suite ce nom est devenu un titre d’honneur pour ceux qui excelloient dans les Sciences, & est enfin demeuré particulierement affecté aux docteurs en Théologie dont le degré a été nommé magisterium ou magisterii gradus ; eux-mêmes ont été appellés magistri, & l’on trouve dans plusieurs écrivains les docteurs de la faculté de Théologie de Paris désignés par le titre de magistri parisienses.

Docteur en théologie

Docteur en Droit

Docteur en médecine

Commentaires fermés sur Diderot, l’Encyclopédie, l’Université

Classé dans AF. Histoire 16-17èmes siècles, AG. Histoire 18ème siècle, E. Arts Lettres Langues, E. Droit et Sciences politiques, E. Médecine Pharmacie, E. Sciences, E. Sciences humaines et sociales

Les commentaires sont fermés.