Bâle. Musée médiéval (13-16ème)

Le Musée historique de Bâle a été fondé en 1894. Il a pris place dans la Barfüsserkirche, nom qui dérive de l’Ordre des frères mineurs, également appelés Barfüsser (les déchaussés) en allemand et cordeliers en français.

Le chœur de l’église est aujourd’hui consacré à la période médiévale : œuvres du 13ème au 16ème siècle (vitraux, orfèvrerie, sculptures, fresques, retables – peintures sur bois – ).

13ème siècle. Croix d’autel (vers 1250-1270). En savoir plus sur les Croix émaillées.

Cliquer sur les images pour les agrandir

14ème siècle. Buste reliquaire de Sainte Ursule (début 14ème). « Au Moyen âge, la nature de la relique peut inspirer la forme du reliquaire. Ainsi, les ossements provenant du crâne d’un saint sont souvent déposés dans des chefs-reliquaires qui évoquent la tête ou le buste de ce saint ». Voir par exemple le reliquaire d’une compagne de sainte Ursule (musée de Picardie).

15ème siècle. La danse macabre de Bâle (1431-1448) « est certainement l’une des plus célèbres et des plus anciennes œuvres de ce genre. Fresque de plus de 60 mètres de long, sur la face intérieure du cimetière du couvent des Dominicains. On n’en connaît ni le peintre ni le commanditaire. L’œuvre aurait été exécutée à la suite d’une épidémie de peste qui frappa la ville en 1439 ». Pour aller plus loin : La danse macabre.

16ème siècle. Retable de Santa-Maria de Calanca, réalisé par l’atelier de Ivo Strigel en 1512. Histoire du retable (vidéo de 4’45).

Pour aller plus loin. Une première chronique du blog (26 novembre 2016) a été consacrée à ce musée : Les Cordeliers (14ème siècle)

De l’église des Cordeliers au Musée. « L’église fut construite en même temps que le cloître de l’ordre franciscain, au premier tiers du XIVe siècle, avant donc le grand tremblement de terre qui bouleversa Bâle en 1356. Elle fut érigée sur les fondations d’une église plus ancienne, elle-même inaugurée en 1256. Le bâtiment actuel porte les traces de modifications importantes. Le cloître fut détruit en 1820. L’église reste, de par sa situation et sa taille, un témoignage impressionnant de l’architecture des ordres mendiants.

Après la Réforme en 1529 et la sécularisation du couvent, l’église eut un destin mouvementé. Le chœur devint un grenier à céréales mais des services divins réformés furent encore célébrés dans la nef jusqu’en 1794. Après la sécularisation définitive de l’église, celle-ci fut utilisée pour du stockage et, à partir de 1799, servit de magasin à sel pendant plus d’une trentaine d’années.

En 1843, un réaménagement la transforma en dépôt pour un office marchand, qui ne fonctionna cependant que jusqu’en 1865. Le débat autour de son destin futur atteignit un point culminant en 1882, avec la recommandation du gouvernement de démolir l’église au profit de la construction d’une nouvelle école de jeunes filles.

Après que le projet eut été rejeté de justesse, l’église connut des utilisations intermédiaires diverses: mont-de-piété, marché au beurre et salle de ventes aux enchères.

En 1888, le Conseil municipal décida de consacrer l’église à la présentation de collections et de proposer à la Confédération d’en faire le siège du Musée national suisse. Il fut décidé de placer celui-ci à Zurich mais Bâle conserva son projet de musée dans l’église des Cordeliers. C’est ainsi qu’elle accueillit le Musée Historique en 1894″.

  • Église et Musée (site de Wikipédia, en allemand) : nef à trois vaisseaux, vaisseau central charpenté, jubé (aujourd’hui disparu), pas de transept, chœur gothique plus élevé que la nef.
  • Église des Cordeliers de Fribourg. De 1480 à 1520, l’église s’est enrichie de trois chefs-d’œuvre : le maître-autel du Maître à l’œillet, le retable de Hans Fries et le retable de Jean de Furno.

Commentaires fermés sur Bâle. Musée médiéval (13-16ème)

Classé dans A. Art médiéval, B. Photos, D. Suisse

Les commentaires sont fermés.