Brest. Carrière de Pascal Olivard

CV 1. Le premier CV n’est pas autobiographique. C’est celui d’EducPros du Groupe l’Etudiant, mis à jour régulièrement de 2007 à 2019

Commentaires. Une partie des études et une carrière professionnelle centrées sur l’université de Bretagne Occidentale (Brest). Le choix précoce de prendre des responsabilités administratives : à 35 ans en 2001, alors qu’il n’est pas professeur, il est élu Doyen de la Faculté des Sciences et Techniques de l’UBO ; à 39 ans en 2005, il commence à se placer dans un réseau national : il est secrétaire de la Conférence des Doyens et Directeurs des UFR Scientifiques (CDUS).

CV2 (avril 2016) : candidature à la présidence de l’Université Bretagne Loire

Commentaires. Pascal Olivard a été président d’une université (UBO) et de deux regroupements universitaires (UEB et UBL). Il n’est plus président aujourd’hui. Il est donc redevenu enseignant-chercheur à l’Université de Bretagne Occidentale où il a fait ses études, été vice-président étudiant, doyen de Sciences, puis président. Bref une fidélité à toute épreuve à l’UBO, mais pas de mobilisé interuniversitaire.

En 2013, au début de son second mandat à l’UBO, le président devient professeur des universités. Il ne signale pas avoir soutenu une habilitation à diriger des recherches. Bref, il est devenu professeur dans le cadre du concours réservé aux enseignants qui exercent des responsabilités administratives à un niveau élevé.

Le point nouveau et important de ce CV 2016 est l’exercice de 5 responsabilités exercées en lien avec les Milieux socio-économiques et le Territoire (dont Conseiller économique, social et environnemental de Bretagne, depuis 2007). Il lui faut aussi cultiver le réseau des présidents d’université (VP formation et insertion professionnelle de la CPU).

CV3 (printemps 2018). Pascal Olivard candidate à la présidence de l’IFREMER

Commentaire : Pascal Olivard anticipe l’échec de l’Université Bretagne Loire et cherche une autre fonction: « je suis candidat et j’irai jusqu’au bout » mais il échoue. La chaise musicale de la présidence-direction générale de l’IFREMER est confiée à François Houllier, président de la COMUE Sorbonne Paris Cité (chroniques du blog sur ce président de COMUE)

CV 4 (2019). Pascal Olivard candidate à la mairie de Brest : son site de campagne (ce site est fort bien fait et liste un grand nombre de mesures concrètes à mettre en oeuvre)

Commentaires. Après l’échec de la COMUE Université Bretagne Loire (dissoute le 31 décembre 2019) et l’échec de sa candidature pour devenir PDG de l’IFREMER, Pascal Olivard n’avait pas d’autre solution que de retourner faire l’enseignant-chercheur de base ou de candidater à une autre fonction politique importante. Il a choisi de candidater à la mairie de Brest.

Évidemment dans son CV, Pascal Olivard ne parle pas de l’échec de l’Université Bretagne Loire. La liste qu’il présente aux électeurs (Brest, imaginons demain) n’a pas le soutien d’un parti politique national. Il se définit comme un Centriste ouvert : « je n’ai jamais voulu exprimer publiquement mes opinions politiques : il me fallait en effet travailler avec des gouvernements de droite comme de gauche. Aujourd’hui, les choses sont différentes et je peux me revendiquer pleinement comme centriste ouvert. Des figures comme Simone Weil, Robert Badinter, ou encore Jacques Delors constituent pour moi des références ».

Pascal Olivard a-t-il une chance de devenir Maire de Brest ?

S’il gagne : en 2026, il aura 60 ans et devra donc trouver une autre fonction en attendant la retraite…

S’il perd : dès maintenant, il doit trouver rapidement une autre fonction administrative acceptable

La morale de cette histoire. La possibilité de faire deux mandats successifs de président (loi LRU), après avoir fait un ou deux mandats de vice-président, puis d’enchaîner d’autres mandats dans le cadre de la politique de regroupements, entraîne des carrières longues de directeur administratif de haut niveau, carrières trop longues pour redevenir enseignant-chercheur. Le problème est particulièrement aigu pour les EC qui accèdent jeunes à une fonction universitaire importante.

Pour ma part, j’estime qu’il faudrait supprimer la possibilité d’enchaîner des mandats présidentiels, qu’il faudrait même réduire la durée du mandat à six mois ou un an comme au Moyen âge.

Commentaires fermés sur Brest. Carrière de Pascal Olivard

Classé dans C. Pays de Loire, Non classé

Les commentaires sont fermés.