Baldung. Vierge / Vénus

Hans Baldung Grien,Vierge à l’Enfant (Vierge aux pierres précieuses), 1530, Panneau de tilleul, Nuremberg, Germanisches Nationelmuseum.

« La mise en regard de ce tableau et d’une copie d’atelier de la Vierge à l’Enfant de Jan Gossaert montre bien que Baldung s’est inspiré de son collègue flamand. Il a repris presque tel quel  le décor architectural caractéristique de Gossaert ».

Jan Gossaert, Vierge à l’enfant, vers 1525-1530. Panneau de chêne, Etats-Unis, Collection privée

« Sont en revanche nouveaux le regard direct et inquiétant de l’Enfant Jésus, le putto regardant à la dérobée par-dessus la corniche ainsi que le coloris des parties principales, qui est plus pâle et que l’on peut déjà qualifier de maniériste. Les pierres précieuses soulignent probablement la pureté de la Vierge Marie ».

Hans Baldung Grien.Vierge à l’enfant et aux perroquets, 1533, Panneau de tilleul, Nuremberg, Germanisches Nationelmuseum.

« Baldung renouvelle ici le motif traditionnel de la Mère de Dieu allaitant : pour le public cultivé, la beauté immaculée de la Vierge Marie n’évoquait sans doute pas seulement la grâce intérieure de la Sainte Vierge, mais aussi les charmes physiques de Vénus, déesse antique de l’amour.

Par conséquent, le personnage qui apparaît derrière elle peut être interprété come un ange ou comme Cupidon. Le perroquet est tout aussi ambivalent du fait de son plumage repoussant la saleté, il était considéré comme un symbole de la virginité de Marie ; d’un autre côté, cet oiseau impudique représentait l’amour mondain, comme pourrait l’indiquait son audacieuse morsure dans le cou de la Vierge ».

Vierge aux raisins, vers 1539-1540, Panneau de tilleul, Berlin, Gemäldegalerie, Staatliche Museen

Vierge à la treille, vers 1541-1543, Huile sur panneau de tilleul, Strasbourg, Musée de l’œuvre Notre-Dame

« Hans Baldung Grien peint des sujets religieux pour des commanditaires privés, et en particulier des Vierges à l’Enfant qui étonnent par leur liberté de formulation et leur caractère équivoque. Cette jolie Vierge au double collier de perles retient d’une main sa robe de velours d’un rouge subtil sur laquelle s’étale sa chevelure d’un blond pâle.

Elle soutient de l’autre l’Enfant endormi sur son bras droit, drapé d’un linge transparent. Un petit ange nu s’approche de l’Enfant et tente de le réveiller pour lui offrir une grappe de raisins, symbole du sacrifice…

Cette œuvre manifeste une tendance au maniérisme sensible dans la deuxième partir de la carrière de l’artiste, qui s’exercera en particulier dans le choix de couleurs acidulées, de compositions théâtralisées ou d’éclairages fortement contrastés ».

Couronnement de la Vierge, retable de Fribourg, 1513-1516, Huile sur bois, Cathédrale.

« Ce retable, resté pratiquement en place depuis sa création, constitue un des derniers exemples d’œuvre ecclésiale monumentale avant la Réforme, en parallèle avec celui que Grunenwald créait au même moment à Issenheim, près de Colmar et donc proche de Fribourg.

L’idée de peindre également le revers du panneau central est assez rare et participe évidemment du désir des notables fribourgeois, représentés sur la prédelle du revers, de faire encore mieux qu’ailleurs, l’idée de compétition étant évidente dans ce genre de commande.

Que le panneau central représente le Couronnement de la Vierge est logique dans une cathédrale consacrée à celle-ci dans la mesure où elle est également assimilée à l’époque à l’Ecclesia triumphans, apothéose donc de la Vierge et de l’Eglise, d’autant que les volets présentent de part et d’autre les douze apôtres couronnés de langues de feu, allusion à la Pentecôte vue comme institution inaugurale de l’Église chrétienne.

Il y au moins un détail – l’angelot du premier plan qui se cache sous le manteau de la Vierge – qui montre que Baldung n’est pas totalement dupe de l’aspect solennel et convenu de cette scène, malgré sa virtuosité picturale » (in Frank Muller, Hans Baldung Grien, Entre christianisme et paganisme, Éditions du Signe, 2019, page 41).

1 commentaire

Classé dans AE. Histoire médiévale, AI. Art médiéval et moderne, BA. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), D. Allemagne

Une réponse à “Baldung. Vierge / Vénus

  1. Étonnants ces regards d’enfants ! Merci de me faire découvrir