Univ. Artois. Élections 2012 et 2016

L’université d’Artois fondée en 1992 (décret no 91-1160 du 7 novembre 1991) est située dans les Hauts-de-France et implantée sur 5 villes : Arras, Béthune, Douai, Lens et Liévin. Son siège est situé à Arras. Lire aussi le billet de Wikipédia.

Universités d’Artois : 15 chroniques d’Histoires d’universités de 2004 à 2017 (cliquer ici pour archiver ces chroniques, 12 pages)

2004. Deux témoignages de la sous-dotation des universités nouvelles dans la période précédant la LRU et la mise en œuvre des RCE.

26 mars 2004. Entretien avec Alain Lottin, président de Lille III Charles De Gaulle de 1986 à 1991 (j’étais alors professeur dans cette université), puis administrateur provisoire de l’université d’Artois de 1991 à 1996, puis président de cette même université de 1996 à 2000.

Alain Lottin et l’implication des collectivités territoriales pour créer une université. Extrait de l’entretien. Le financement par les collectivités territoriales ? L’intervention de la région a été moins importante dans le cas de l’université d’Artois que dans le cas de l’université du Littoral; le financement régional s’est discuté en priorité dans le cas du contrat de plan entre l’Etat et la Région. La région a mis sa part, puis cela a été terminé pour les constructions. Les communes et le conseil général sont par contre intervenus pour l’aménagement local ; les salles de sport ne sont jamais financées par l’Etat. Le président Lottin est fier d’avoir pu inaugurer le siège de l’université à Arras avant son départ. La mobilisation de la ville de Lens a été plus longue à obtenir. Béthune a fait sa part. Liévin avait déjà des installations sportives. Au tout début, les collectivités locales avaient prêté des personnels administratifs et techniques, mais l’université d’Artois les a rendus très vite (ce prêt a été déclaré illégal par les tribunaux administratifs). Les collectivités territoriales consacrent peu de ressources de fonctionnement pour les universités. 

16 avril 2004. Entretien avec Jean-Jacques Pollet, le, 2ème président de l’université d’Artois, élu en 2000. Depuis la fin de son mandat en 2005, Jean-Jacques Pollet (né en 1949) est recteur, recteur de l’académie de Rouen de 2005 à 2009, de l’académie de Nancy-Metz de 2009 à 2012, de l’académie de Lille depuis septembre 2012.

Extrait de l’entretien. D’accord pour le budget global, mais sous la condition que toutes les universités repartent toutes sur la même ligne (actuellement, les inégalités de dotation sont fortes). En Artois, il y a un gros décalage entre la dotation théorique et la dotation réelle (celle-ci est égale à 0,8). Il faudrait avoir une dotation réelle égale à la dotation théorique pour se lancer dans le processus de globalisation budgétaire. Si, avec la globalisation, il y avait une possibilité de moduler les droits d’inscription, l’université d’Artois serait perdante car elle compte 50% d’étudiants boursiers. Il faut des conditions égalitaires au sein de la république. Jean-Jacques Pollet dit avoir averti de ce problème les universités qui sont dans la même situation que l’université d’Artois ; ce sont les grosses universités qui sont pour la globalisation.

Commentaires fermés sur Univ. Artois. Élections 2012 et 2016

Classé dans C. Hauts-de-France (Nord Pas-de-Calais Picardie)

Les commentaires sont fermés.