Appareils pour étudier le Covid-19

Un appel d’offres international vient d’être lancé pour offrir des infrastructures appelées Frisbi (labellisée au niveau national) et Instruct-ERIC (label européen) à des collaborations. Pas d’afflux de chercheurs à attendre à Strasbourg dans ce cadre. Seuls peuvent être reçus des échantillons contenant des éléments du virus non infectieux, envoyés sous forme de colis les conservant dans l’azote liquide. À réception, les équipes de l’IGBMC uniquement seront habilitées à expertiser le matériel adressé.

Un génome très long

Les composants isolés du virus, sans le génome qui lui permet d’être infectieux, pourront alors faire l’objet d’études, tout près de Strasbourg, pour détailler des caractéristiques à l’évidence originales. Le génome, autrement dit la carte d’identité génétique du coronavirus en question, est par exemple particulièrement long, tellement qu’il pourrait commettre des erreurs lors de ses réplications incessantes.

« Mais l’évolution lui a appris à utiliser à son profit des systèmes qui sont déjà présents dans les organismes. » Ainsi dans le processus de réplication, une enzyme a-t-elle la propriété de corriger d’éventuelles erreurs de réplication. À l’instar d’autres de ses congénères, le virus du Covid-19 est « sophistiqué », dans une réelle similarité avec le SRAS, que l’on avait su maintenir dans des régions spécifiques.

Pour Bruno Klaholz, cette comparaison entre une menace passée et une autre devenue d’actualité plaide pour des efforts de recherche constants, sur fonds récurrents, et non pas sur dossiers ponctuels soutenus au gré des politiques nationales. « Quand on n’a pas travaillé en amont sur un sujet, comme celui-là notamment, il devient impossible pour la recherche de réagir vite »

Les « décorations » du virus  

Le risque infectieux prend alors de vitesse ceux qui en ont l’expertise. Pour gagner du temps et grâce aux apports du CNRS, de l’Inserm et de l’Université de Strasbourg, l’IGBMC se tient prêt à aller sonder les « décorations » du virus, autrement dit ses composantes apparentes, en surface. Mais aussi à examiner de très, très près son matériel complexe, grâce à des outils susceptibles d’éclairer les équipes de scientifiques.

Commentaires fermés sur Appareils pour étudier le Covid-19

Classé dans BH. Universités et COVID 19, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Médecine Pharmacie, Non classé

Les commentaires sont fermés.