1715-1723. La Régence

La Régence (1715-1723). Le gouvernement controversé de Philippe d’Orléans, par Fabienne Manière, Hérodote.net

Extrait… « Dès le lendemain de la mort du vieux roi et de l’avènement de son arrière-petit-fils Louis XV (5 ans), Philippe d’Orléans fit casser le testament par le Parlement de Paris et se fit reconnaître comme régent « pour exercer pleinement l’autorité royale ». Sage mesure mais en contrepartie de laquelle le duc eut la maladresse de rendre aux parlementaires le droit de remontrances dont ils avaient été privés par Louis XIV et dont ils n’allaient pas tarder à abuser.

Au gouvernement, Philippe d’Orléans s’appuya sur son ancien précepteur l’abbé Dubois qu’il fit entrer au Conseil d’État et dont il fit son ministre des Affaires étrangères puis son principal ministre (ou Premier ministre), tout en lui obtenant la barrette de cardinal.  

En réaction contre l’absolutisme de Louis XIV, le Régent libéra les jansénistes emprisonnés et exila leur ennemi de toujours, le confesseur jésuite du roi défunt, le père Michel Le Tellier. Tirant profit de la paix retrouvée, il licencia aussi 25 000 soldats. Il nomma chancelier le procureur général d’Aguesseau…

… Durant les huit années de la Régence, la monarchie absolue instaurée par Louis XIV et ses grands ministres a connu de sévères secousses et, malgré la prospérité retrouvée et la paix intérieure, les rois Louis XV et Louis XVI n’allaient jamais renouer avec le prestige et l’autorité dont avait joui leur aïeul »…

Commentaires fermés sur 1715-1723. La Régence

Classé dans AG. Histoire 18ème siècle, E. Droit et Sciences politiques, E. Economie Gestion

Les commentaires sont fermés.