Témoignages d’étudiants confinés

10 Avril 2020. Une enseignante

Je me permets de rebondir sur ce message car j’ai fait le même sondage auprès de mes étudiants d’une autre licence  que la précédente, et de même certains témoignages ponctuels sont équivalents à ceux cités ci-dessus. Il y a toutefois aussi beaucoup d’étudiants qui écrivent que cela ne change rien pour eux, voire qui disent qu’ils préfèrent travailler ainsi…

Moi aussi, bien sûr, je me suis posé des questions par rapport à ces cris au secours que j’ai pu lire dans certains témoignages, et j’ai fait tout ce qui était en mon pouvoir pour inviter ces étudiants à me demander un entretien oral pour discuter de tout cela. Certains l’ont fait, et les situations sont en effet parfois (très) difficiles.

Toutefois, dans la plupart des cas, la situation difficile était pré-existante au confinement, et ce dernier n’a fait que l’exacerber. Nous le savons tous très bien par expérience : les situations chez les étudiants sont très différentes ; certains sont bien entourés, d’autres terriblement isolés ; certains peuvent se concentrer uniquement sur les études, d’autres ont à gérer un emploi, des parents, des frères et sœurs, et j’en passe. Ce n’est pas pour autant que nous remettons en question nos sessions d’examens habituelles. A chaque fois, nous faisons notre possible pour garder nos exigences et respecter l’égalité de traitement entre étudiants, tout en restant humains par rapport à certaines situations.

Il me semble que notre rôle est avant tout de rassurer les étudiants, de les aider à passer ce cap pour ceux d’entre eux qui en ont besoin parce qu’ils ne se sentent pas bien entourés, de trouver les aménagements qui nous permettront d’évaluer leur année malgré tout (différemment, bien entendu), ne serait-ce que par respect pour le travail et l’investissement que la plupart ont déjà fourni, mais aussi pour leur permettre, pour certains, de compenser des résultats en dessous de 10 au 1er semestre, de ne pas compromettre leurs candidatures à certains diplômes ou écoles, etc.

Il me semble aussi que notre rôle est de ne pas leur faire espérer la validation sans examen de leur semestre car cela ne fait que renforcer leur incertitude et donc leurs angoisses. Je vois actuellement passer des messages à ce sujet qui me gênent car, si je peux tout à fait comprendre le point de vue considérant que neutraliser le semestre serait la meilleure solution (je ne suis pas d’accord, mais je peux le comprendre), je pense que le faire miroiter aux étudiants alors qu’il n’en a jamais été question, a priori, ne fait que renforcer leurs angoisses et leur incapacité à se concentrer.

Une dernière chose, qui me semble importante (et qui apporte au moins un point positif à toute cette situation) : nous avons déjà fait dans ma discipline des épreuves de contrôle continu en ligne pour l’ensemble du L1. Nous avons eu plus de participants que si nous avions été en cours (autant qu’au premier CC de ce même cours, ce qui est une première pour un cours de L1), et pas de problèmes techniques signalés. Je crois que si nous voulons essayer de rassurer nos étudiants, c’est aussi en leur montrant que les choses peuvent aussi fonctionner différemment, que cette session d’un autre genre, nous la ferons ensemble, et qu’ensemble nous trouverons les moyens de la mener à bien – différemment. Bonne journée à tous !

Commentaires fermés sur Témoignages d’étudiants confinés

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Arts Lettres Langues, E. Sciences humaines et sociales

Les commentaires sont fermés.