L’orientation, 3 ans après la loi ORE

L’Observatoire national doit donc jouer un rôle clé. Celui-ci est tellement important que l’arrêté fixant sa composition n’a été pris que 18 mois après la loi : arrêté du 4 novembre 2019. C’était urgentissime : six mois sont encore passés et l’arrêté a finalement été publié au JORF n°0099 du 23 avril 2020.

On y apprend que l’Observatoire national sera composé de 15 membres. Des noms ! Des noms ! Mais non ! Il est encore urgent d’attendre ! Avec la crise sanitaire, sociale et économique engendrée par le Covid-19, ce n’est pas demain la veille qu’on connaitra la liste des quinze représentants de telle ou telle institution. N’importe nawak ! Un comité scientifique national aurait été préférable.

Peut-être cette liste sera-t-elle publiée pour le 3ème anniversaire de la loi ORE, en mars 2021 ?

De la loi à sa mise en œuvre, le délai est de plus en plus long. Personne ne râle. Tout le monde s’en fout. Seuls les effets d’annonce sont importants pour cette majorité présidentielle, plus encore que pour les précédentes.

Et le pire ? C’est que cet observatoire est limité par la loi même aux données d’insertion et non aux données de réussite dans les études. Que d’incompétences !

Commentaires fermés sur L’orientation, 3 ans après la loi ORE

Classé dans Non classé

Les commentaires sont fermés.