De Rohan à Strasbourg et à Reims

1722, 25 octobre. Le jeune Louis XV est sacré et couronné à Reims. Il atteint sa majorité (13 ans) l’année suivante et est déclaré majeur lors du lit de justice du 22 février 1723. Celui-ci met fin à la Régence du duc d’Orléans. Louis XV gouverne désormais personnellement, prend la tête du Grand Conseil.

Portrait de Louis XV lors de son sacre à Reims, Palais Rohan, Musée des Arts décoratifs, Strasbourg

C’est Armand-Jules de Rohan-Guémené (Paris, 10 février 1695 – Saverne, 28 août 1762), qui, en tant qu’archevêque de Reims, sacre Louis XV,

« Prince de Guéméné, pair de France, il est le quinzième enfant de Charles III de Rohan, prince de Guéméné, duc de Montbazon et de sa seconde épouse, Charlotte-Élisabeth de Cochefilet (1657-1719).

Admis très tôt au Chapitre de la cathédrale de Strasbourg, il est pourvu des abbayes du Gard, dans le diocèse d’Amiens (1715), puis de Gorze dans celui de Metz (1730). Archevêque de Reims le 2 juin 1722, confirmé le 6 juillet 1722 et sacré le 23 août 1722, c’est à lui que revint l’honneur d’apposer l’onction sur le front de Louis XV lors du sacre du jeune monarque, à Reims le 25 octobre de la même année ».

Cathédrale de Reims, photo du 26 juin 2020 par Pierre Dubois

« Au sein de son diocèse, il déploya une grande activité pour faire accepter la bulle Unigenitus mais, ayant pris séance au Parlement de Paris comme premier pair ecclésiastique, il s’en remit peu à peu à ses vicaires généraux pour assurer le gouvernement du diocèse ».

1723, février. A 13 ans et un jour, la minorité de Louis XV prend fin : le roi est majeur, la Régence cesse.

1725. Année du mariage de Louis XV avec Marie Leszczynska. Chronique à venir.

« Quand Louis XV, à peine âgé de quinze ans, tombe une énième fois malade en février 1725, le duc de Bourbon craint pour son avenir personnel que le duc d’Orléans, fils du défunt régent et son rival, ne monte sur le trône. Pour éviter qu’une telle chose se produise, il faudrait que Louis XV ait, au plus vite, une descendance. C’est pourquoi, après avoir dressé une liste des cent princesses d’Europe à marier, on choisit Marie Leszczyńska qui est en âge d’avoir des enfants, contrairement à la jeune fiancée du roi, l’infante-reine Marie-Anne-Victoire d’Espagne, que l’on renvoie ».

Commentaires fermés sur De Rohan à Strasbourg et à Reims

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

Les commentaires sont fermés.