1776. Ressources d’un Collège Jésuite

Pour aller plus loin. L’article de G. Oswald n’aborde pas la question des droits payés par les inscrits au Collège. Ceux-ci sont évoqués dans François De Dainville, Effectif des collèges et scolarité aux XVIIè et XVIIIè siècles dans le Nord-Est de la France, , Population, Année 1955, n°10-3, pp. 455-488.

Pour aller plus loin : un pied terrier de 1706, celui de Voelfling (aujourd’hui en Moselle).

« Après la guerre de Trente-Ans, le Pays de Nied était devenu un désert soit parce que les habitants avaient fui soit qu’ils étaient décédés, laissant les villages et les terres arables vacants pour des années.

Le calme étant revenu vers 1680, les anciens résidents de ces villages avaient décidé à revenir s’implanter en ces lieux dévastés la plupart et ont commencé à reconstruire les maisons et cultiver les terres agricoles.

La plupart d’entre eux ne savaient plus où se situait exactement leur propriété ou leur héritage. Parallèlement à ces rapatriés, de nombreux étrangers, des immigrants en provenance de France, du Tyrol, de Suisse, d’Alsace et du pays de Trêves sont venus dans la région. Ils ont pris possession des jachères pour les cultiver.

Cela a conduit inévitablement à des querelles entre les nouveaux arrivants et les habitants. Plus personne ne savait à qui appartenait quoi, on ne savait pas exactement où se situaient les arpentages de chaque lot de terre… Ainsi les procès étaient monnaie courante. 

Le duc Léopold de Lorraine a permis au début du XVIIIème siècle, à la demande de la population, un arpentage, un abornement et une nouvelle répartition des terres : ensemble que l’on nomma Pied-terrier« ..

Commentaires fermés sur 1776. Ressources d’un Collège Jésuite

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

Les commentaires sont fermés.