Les Frères des écoles chrétiennes

1789. À la veille de la Révolution, il y avait, en France, 930 frères, répartis en cent vingt-huit établissements et donnant l’instruction à 35 700 élèves.

1792. Comme toutes les autres congrégations enseignantes, l’institut des Frères fut supprimé le 18 août par un décret de l’Assemblée législative « considérant qu’un État vraiment libre ne doit souffrir aucune corporation, pas même celles qui, vouées à l’enseignement public, ont bien mérité de la patrie ».

Le secrétaire général de l’Institut, Nicolas Leclercq (frère Salomon), béatifié par la suite, fut assassiné dans la prison des Carmes à Paris le 2 septembre. Toutes les écoles furent évacuées le 1er octobre. Les frères réfractaires n’eurent droit à aucune indemnité. Tous les biens de l’Institut furent saisis.

1808. Les Frères furent à nouveau autorisés sous l’Empire.

Commentaires fermés sur Les Frères des écoles chrétiennes

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, AF. Histoire 16-17èmes siècles, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Arts Lettres Langues

Les commentaires sont fermés.