1703-1766. Château de Lunéville

1703-1766. Le château de Lunéville de Léopold 1er à Stanislas Leszczyński.

Album de 33 photos, prises le 12 juillet 2020.

« Le château de Lunéville, possession des ducs de Lorraine depuis le XIIIe siècle, a été construit pour le compte du duc Léopold Ier entre 1703 et 1720 (voire 1723, date d’installation définitive de la Cour à Lunéville).

Léopold Ier, né en exil pendant l’occupation française, ne prit possession de ses duchés de Lorraine et Bar qu’avec la signature du traité de Ryswick (1697).

Il découvrit alors Nancy, sa capitale et son palais datant du Moyen Âge, en piteux état, et dont la rénovation dépassait de beaucoup ses capacités financières.

La guerre de succession d’Espagne (1701-1714) entraîna une énième occupation militaire des duchés par l’armée française. Le duc Léopold se retira à Lunéville, fit  entièrement reconstruire le château, en s’inspirant du château de Versailles.

L’héritier de la couronne ducale, François-Étienne, que son père avait envoyé terminer son éducation en Autriche, laisse la régence de ses États à sa mère, Élisabeth-Charlotte d’Orléans.

La fin de la guerre de Succession de Pologne (1733-1738) oblige la duchesse régente Élisabeth-Charlotte d’Orléans à quitter à son tour Lunéville pour se retirer à Commercy (6 mars 1737).

La Lorraine est cédée à titre viager à Stanislas Leszczyński (1677-1766), ex-roi de Pologne et père de la reine de France. A la mort de Stanislas, la Lorraine devient pleinement française.

A. Première phase de la construction du château de Lunéville : 1703 à 1723. Trois architectes dot Germain Boffrand (1667-1754)

La première période des travaux consiste dans la création d’une avant-cour bordée par deux nouveaux bâtiments. Elle est menée de 1703 à 1705 par Pierre Bourdict nommé en 1700 Premier architecte et directeur des ouvrages de sculpture du duc.

En 1708, l’architecte Nicolas Dorbay, qui travaille également au château de Commercy, prend la direction du chantier. S’ouvre alors une seconde campagne qui sera très active jusqu’en 1718.

Château de Commercy

Enfin, une troisième campagne, qui comprend les travaux les plus importants, commence après un incendie en janvier 1719. C’est alors le plus grand chantier de Lorraine, dans lequel de nombreux artisans et artistes sont engagés.

Le nom de l’architecte français Germain Boffrand, qui est associé à la construction du château de Lunéville, n’apparaît en réalité qu’à partir de 1709, année où il présente à l’Académie les Plans et élévations qu’il a faits pour le chasteau de Lunéville, que Monsieur le Duc de Lorraine commence à faire rebastir selon ses desseins. Boffrand, disciple et collaborateur de Jules Hardouin-Mansart, entre au service du duc et devient en 1711 son Premier architecte. Les plans préparés par lui sont soumis au duc Léopold Ier qui choisit le projet définitif. Six projets différents sont aujourd’hui connus, toujours selon un plan général en forme de H..

Outre la contrainte financière, l’architecte doit vaincre les obstacles naturels. Le terrain offre une dénivellation importante d’est en ouest, tout en dominant la rivière du côté nord, où le sol est très marécageux. De plus, l’emplacement de l’ancien château était trop limité pour une construction d’une telle ampleur, d’où l’obligation d’acheter et de démolir des maisons, notamment pour la réalisation du parc.

Le parc et les jardins prolongeant sont appelés les Bosquets. À partir de 1710, ils prennent une extension considérable et sont aménagés par Yves des Hours, un disciple de Le Nôtre. À partir de 1724, Louis de Nesle complète l’œuvre d’Yves des Hours »…

B. Seconde phase. Le château de Lunéville sous Stanislas Leszczyński. Architecte Emmanuel Héré (1705-1763). On lui doit également la place Stanislas à Nancy.

Portrait de Stanislas par Jean-François Foisse, milieu du 18ème, Musée du Château de Lunéville

« A défaut de pouvoir politique, Stanislas se contente de mener une vie princière au milieu d’une cour importante. Il ne garde en effet une grande liberté que dans le domaine intellectuel et artistique, et place ainsi la Lunéville parmi les plus brillantes cours européennes du XVIIIe siècle…

En arrivant à Lunéville en 1637, Stanislas trouve un château en parfait état, tout à fait adapté à une vie princière. Il ne lui reste qu’à mettre à son goût l’aménagement et la décoration intérieurs qui ont été démontés sur l’ordre de François III…

1 commentaire

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, BA. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Ingénierie

Une réponse à “1703-1766. Château de Lunéville

  1. Stanislas Leszczyński, j’ai appris son nom jeune. C’est que Saint-Yrieix fabrique des madeleines. Et les vendeurs se fabriquent des histoires ! On évite de dire que la madeleine est arrivée chez nous par des Lorrains. Cependant, un petit fabricant féru d’histoire, laissait penser qu’il descendait de Stanislas. Maintenant on trouve des madeleines de divers goûts. Ma dernière découverte ! https://saintyrieixlaperche.wordpress.com/2020/07/16/la-madeleine-kerlann-toute-enrobee-de-chocolat-fabriquee-a-cote-de-bourdoux-lautre-dans-le-morbihan/