Nantes, St-Pierre, François, Anne

Visite de la Cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Nantes lors de mon dernier passage dans la ville, en mars 2019 à l’occasion de l’enterrement de mon ami Bernard Bolo de Batz sur-Mer.

Je n’imaginais pas alors qu’un incendie criminel viserait un jour la destruction de la cathédrale. La Justice jugera l’auteur du méfait. Celui-ci connaissait certainement les statues des 4 vertus cardinales encadrant le tombeau du dernier duc de Bretagne : la Force morale, la Tempérance, la Justice, la Prudence. S’est-il plutôt inspiré par le portail central de la façade occidentale, son Jugement dernier et les feux de l’Enfer ?

Tombeau de François II, duc de Bretagne et de sa femme Marguerite de Foix.

Nantes, Saint Pierre, François II, Anne de Bretagne. « Le monument funéraire a été réalisé en matériaux nobles dont le marbre de Carrare au début du XVIe siècle par Michel Colombe (sculpteur, avec son atelier) et Jean Perréal (architecte)… L’ensemble, commandé par Anne de Bretagne pour honorer la mémoire de ses parents, est considéré comme un chef-d’œuvre de la sculpture de la Renaissance française.

Il est également un mémorial de la dynastie des Montfort, et apparaît, dans une vision romantique, comme un symbole marquant de l’histoire de la Bretagne, en tant que tombeau de la nationalité bretonne dans cette époque charnière où l’hommage au dernier duc de Bretagne est rendu par celle dont le mariage conduit l’union de la Bretagne à la France

La Justice, sous les traits de laquelle on croit voir Anne de Bretagne

Les gisants. François II et Marguerite de Foix sont représentés les mains jointes et les yeux clos, portant un costume d’apparat (grands manteaux doublés d’hermine) et une couronne fleurdelisée. Le duc porte en collier l’insigne de l’Ordre de l’Hermine et de l’Épi.

Les quatre vertus cardinales indiquent le chemin vertueux que le prince et que tout homme sont appelés à suivre.

La Force est représentée en armure avec un casque guerrier, car il s’agit d’une vertu virile. Dans l’iconographie de cette vertu, elle est souvent représentée appuyée contre une colonne ou une tour. Ici elle extirpe le dragon de la tour crénelée où il s’est retranché et symbolise donc la force morale qui triomphe du vice et de la tentation. L’expression de son visage reflète une certaine douleur rentrée, comme si l’effort d’arracher le dragon (le Mal) de la tour (le Bien, le for intérieur) ne se faisait pas sans combat intérieur. Elle rappelle le rôle du chevalier chrétien dans la défense de la foi. Elle est coiffée de la dépouille d’un lion dont on aperçoit le mufle, rappelant le premier travail d’Héraclès contre le lion de Némée.

Commentaires fermés sur Nantes, St-Pierre, François, Anne

Classé dans AF. Histoire 16-17èmes siècles, BA. Photos, C. Pays de Loire, E. Arts Lettres Langues

Les commentaires sont fermés.