Nantes, St-Pierre, François, Anne

La Tempérance est munie en main droite d’un mors à cheval, symbole d’une conduite raisonnée : il y a un temps pour tout et en main gauche d’une horloge, symbole du temps qu’il faut savoir respecter et atténue les passions. Elle symbolise également la mesure du temps qu’il ne faut pas gaspiller en vanités, mesure en tout pour éviter l’excès. Elle rappelle que le prince doit rechercher le juste milieu, l’équilibre. Son habit presque monacal exprime le refus des tentations de la chair qui mènent justement à l’excès.

La Justice, sous les traits de laquelle on croit voir Anne de Bretagne elle-même, porte en main gauche un livre, représentant la loi, illustré d’une balance, représentant la justice. En main droite, elle tient un glaive imposant mais délicatement recouvert d’un pan de son écharpe : rendre la justice, mais ne pas détruire la personne. Le glaive châtie et la balance pèse la gravité du crime ou le poids des arguments des deux parties. La statue porte une couronne rappelant que le prince exerce le rôle de juge et d’arbitre.

La Prudence tient en main droite un compas, symbole de la mesure de tout acte, et en main gauche un miroir reflet de toute pensée et capteur des conseils de sagesse de l’ancien, figuré en double visage. Celui-ci figure d’un côté un vieillard qui connaît le passé, de l’autre la jeune femme. La prévoyance ne peut se passer de l’expérience. Le miroir est également celui de la vérité : elle y voit l’image de ses faiblesses et se connaissant elle-même, peut mieux corriger sa conduite. La simplicité avec laquelle la jeune femme est vêtue (cape, ceinture en corde, voile noué sur la poitrine) renforce le sentiment de sagesse. À ses pieds se trouve un serpent : soyez prudents comme des serpents.

Le Lion et le Lévrier. Allongé aux pieds du duc, le lion présente, entre ses pattes avant, un écu losangique figurant les armoiries de la Bretagne surmontées d’une couronne (le lion est un soutien classique de l’héraldique bretonne).

Le lévrier, orienté à l’opposé du lion, est allongé aux pieds de la duchesse. À son collier orné d’hermine est attaché l’Ordre de la Cordelière, créé par Anne de Bretagne après la mort de ses parents.

Commentaires fermés sur Nantes, St-Pierre, François, Anne

Classé dans AF. Histoire 16-17èmes siècles, BA. Photos, C. Pays de Loire, E. Arts Lettres Langues

Les commentaires sont fermés.