Hommage à Richard Biéganski (3)

2010 et 2012, quand la cuisine de Kerblaise approchait les sommets. Au menu, potage de légumes, huîtres Belon, maquereaux à la moutarde, grillés au feu de bois.

Bien entendu, Richard ne recourait pas aux livres de cuisine. Il improvisait, innovait. Un repas de fête : langouste flambée au Pastis ; un goût surprenant.

Il aimait aussi les restaurants. Un souvenir : déjeuner en terrasse en Bretagne, jouer au sociologue en menant par à-coups des entretiens sur les trajectoires professionnelles des jeunes serveurs et serveuses.

C. Richard la brocante.

Je n’ai jamais vu Richard porter un costume deux ou trois pièces, un costume fait sur mesure. Il se vantait même de n’avoir jamais acheté de chemise, de pantalon, de pull, de veste, d’imperméable, de chapeau, voire de chaussures chez un commerçant. Il s’approvisionnait aux Puces (à Paris puis à Marseille), chez Emmaüs, ou sur les trottoirs les jours de passage des camions ramassant les objets encombrants. Mais pour cela, il lui fallait se lever aux aurores pour ne pas rater les meilleures occasions. Il était un lève-tôt et il aimait ça.

Allonger la durée de vie des produits, leur donner une seconde vie par la revente, l’échange ou le don. Concevoir des produits plus simples, plus facilement réparables. Économiser les matières premières. Sauver la planète.

Richard aurait pu créer une brocante, tant son stock d’objets était important. Tous ne tenant pas dans son appartement, il avait trouvé la solution : celle d’un garage dédié.

Richard faisait l’article, comme un vendeur fort persuasif. Mais il aimait aussi faire plaisir à ses proches, à ses amis. Il donnait ou vendait à petits prix.

Les deux photos ci-dessous (novembre 2009) parlent d’elles-mêmes :

Un cartable et des gravures originales. Richard nous propose de les lui acheter… A très bon prix

Richard s’en est allé. Vers la mer.

La mer. Un souvenir surgit à l’instant : un bateau sur une mer agitée. Richard a plusieurs fois raconté cette histoire des années 70 et concernant la navigation sur la Manche. Il avait, avec un ami, loué ou acheté un voilier. Ne s’étant pas informés sur l’horaire des marées, ils se sont fait surprendre lors du retour au port et ont dû attendre la marée haute suivante. Une belle peur sur une mer un peu agitée.

Bon vent, mon ami Richard Biéganski ! Richard le sociologue, le maître-ouvrier dans le bâtiment, le chef de cuisine, le brocanteur. Je te remercie vivement de m’avoir gardé ton amitié, durant 55 ans.

Commentaires fermés sur Hommage à Richard Biéganski (3)

Classé dans BA. Photos, C. Bretagne Normandie, C. PACA Corse, E. Economie Gestion

Les commentaires sont fermés.