Compiègne du 11ème au 18ème siècle

Hôtel de ville

« La fin du XVe siècle, portée par une reprise économique urbaine florissante, est la grande époque des constructions édilitaires municipales : hôtels de ville et halles. Leurs formes sont généralement empruntées au vocabulaire architectural des édifices religieux à quelques exceptions près : ainsi les fenêtres le plus souvent rectangulaires et non ogivales, les charpentes sont toujours très importantes. Comme le montre fort bien l’édifice compiégnois, il y a une volonté affichée d’éblouir et de marquer la puissance urbaine retrouvée…

La première réunion dans la grande salle a lieu le 17 janvier 1513. Les travaux cependant se poursuivent jusqu’en 1530. Se construit alors un assez vaste édifice rectangulaire avec une tour distendue formant beffroi…

Nicolas d’Estrée sculpte les deux figures de l’Annonciation dans la niche centrale accompagnées des effigies de Charlemagne, saint Denis, saint Louis et de Pierre d’Ailly. Une horloge est installée le 12 octobre 1530 probablement avec les premiers Picantins. L’Annonciation fera place en 1654-1655 à une statue de Louis XIV par Gilles Guérin, payée 1200 francs pour ce travail en pierre peinte couleur bronze sur un fond imitant le marbre noir…

Henri Jacquemart (1824-1896), spécialisé dans les figures et les groupes d’animaux : sphinx de la fontaine du Châtelet, dragons de la fontaine Saint-Michel…, mais également créateur du Mariette de Boulogne-sur-Mer et de divers travaux au Caire et à Alexandrie, est l’auteur du bas-relief équestre de notre hôtel de ville. Ce Louis XII, commandé par l’Etat, figura au Salon de 1869 et appartient tout entier à la veine dite réaliste dominante à l’époque.

Derrière subsiste la façade de l’ancienne prison, œuvre de Jacques Cellerier entre 1773 et 1778, témoignage comme le portail du grenier à sel (1775-1784) de Claude Nicolas Ledoux (1736-1806), architecte du roi depuis 1773, de l’esthétique néoclassique la plus pure dans le Compiègne de la fin du XVIIIe siècle ».

Le Grenier à sel. Lire la chronique du blog 1784, Compiègne, grenier à sel

Pour aller plus loin : toutes les chroniques du blog portant sur Compiègne au XVIIIe siècle.

Commentaires fermés sur Compiègne du 11ème au 18ème siècle

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, AI. Art médiéval et moderne, C. Hauts-de-France (Nord Pas-de-Calais Picardie)

Les commentaires sont fermés.